/news/politics

Immigration irrégulière: François Legault demande la fermeture du chemin Roxham

François Legault interpelle directement son homologue Justin Trudeau en lui demandant de fermer le chemin Roxham, où un flot record de personnes traversent illégalement la frontière, une situation «inacceptable» et «impossible» à gérer pour le Québec.  

• À lire aussi: Québec anticipe une année record de demandeurs d’asile

«Le gouvernement fédéral doit prendre ses responsabilités», a martelé le premier ministre Legault en rappelant que les Québécois paient des impôts pour qu’Ottawa s’occupe de gérer les frontières. 

Notre Bureau parlementaire rapportait mercredi matin que Québec appréhende cette année un nombre record de traversées illégales sur le chemin Roxham, soit plus de 35 000 au rythme actuel, ce qui représente plus d’une centaine de passages par jour.

«On n’a pas cette capacité (d’accueil)», a signalé François Legault en point de presse. 

En plus de la capacité maximale d’hébergement temporaire, qui est atteinte, Ottawa prend actuellement prend jusqu’à 14 mois pour traiter les dossiers des demandeurs d’asile. 

Écoutez la chronique de Mathieu Bock-Côté au micro de Richard Martineau tous les jours en balado ou en direct à 10h00 via l’app QUB et le site qub.ca: 

«Une passoire» se désole Boulet  

Entre-temps, le gouvernement du Québec doit assumer une bonne part de l’aide financière versée aux demandeurs, notamment pour envoyer les plus jeunes à l’école. « Le vrai problème, c’est le délai de traitement », considère le premier ministre. 

Pour le ministre du Travail, Jean Boulet, le chemin Roxham est « une passoire ». « C’est reconnu à l’échelle internationale », se désole le ministre, qui a notamment pris connaissance de certains outils promotionnels dont se servent les réseaux de passeurs. 

De son côté, le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon accuse le gouvernement Legault d’avoir trop tardé à agir. 

«Ça fait cinq ans que le dossier traîne», a-t-il déploré. 

Le député libéral Carlos Leitao considère pour sa part qu’il « serait contreproductif » de fermer le chemin Roxham sur-le-champ. 

«Ces personnes-là ne vont pas disparaitre, elles vont trouver un autre moyen de rentrer (au Canada)», a-t-il observé. 

Québec solidaire croit également que la fermeture sans délai de ce lieu de passage serait une façon «simpliste» d’aborder un problème complexe. 

Le chef parlementaire de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, réclame une «approche humaniste et pragmatique» pour faire face à la situation. 

Tous s'entendent sur l'urgence de revoir l'entente entre le Canada et les États-Unis et les pays sûrs, qui dans sa forme actuelle, encourage les demandeurs d'asile à emprunter le chemin Roxham.

Écoutez l'entrevue de Mario Dumont avec Jean Boulet sur QUB radio :