/news/law

La famille d’un homme tué par les policiers s’entend avec la Ville de Montréal

La Ville de Montréal a conclu une entente avec la famille de Pierre Coriolan, cet homme abattu par les policiers lors d’une intervention dramatique à l’été 2017.

• À lire aussi: Le manque de formation des policiers ciblé dans le décès de Pierre Coriolan

• À lire aussi: Pas d’accusation dans le dossier sur la mort de Pierre Coriolan annonce le DPCP

• À lire aussi: L’homme abattu par le SPVM devait être expulsé le 1er juillet

Les deux sœurs de M. Coriolan avaient intenté une poursuite civile contre la Ville de Montréal à la suite du décès tragique de leur frère. Les détails de l’entente entre les deux parties n’ont pas été révélés.

Les sœurs de Pierre Coriolan réclamaient 160 000 $ en dommages moraux et punitifs.

«Les deux sœurs de M. Coriolan poursuivaient la Ville de Montréal pour le décès de leur frère. Le procès devait se tenir au palais de justice de Montréal à partir du 12 mai prochain. Vu l’entente intervenue, le procès n’aura pas lieu. Celles-ci sont satisfaites de l’entente et elles ne commenteront pas le dossier», a indiqué par voie de communiqué l’avocate des deux femmes, Virginie Dufresne-Lemire.

M. Coriolan est mort le 27 juin 2017, dans un immeuble résidentiel de l’avenue Robillard, dans l’arrondissement de Ville-Marie.

Les policiers avaient été dépêchés sur les lieux pour intervenir auprès d’un individu qui faisait du tapage.

En crise, Pierre Coriolan avait accueilli les patrouilleurs avec un couteau et un tournevis dans les mains. Pour maîtriser l’homme, les policiers avaient successivement utilisé le pistolet à impulsion électrique (Taser gun), le pistolet à balle de plastique, le bâton télescopique et, ultimement, l’arme à feu.

Atteint de trois balles, M. Coriolan avait perdu la vie lors de l’intervention, qui avait duré un peu plus de cinq minutes. Il était âgé de 58 ans.

Une partie de la scène avait d’ailleurs été filmée par un témoin.

L’enquête publique menée par le coroner Luc Malouin — et dont le rapport a été rendu public en février dernier — a notamment mis en lumière le manque de formation des policiers pour traiter les cas de maladie mentale.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.