/news/culture

Série hommage du Cirque du Soleil: retour du spectacle «Vive nos divas» à Trois-Rivières

Francesca Como, Marie-Christine Depestre et Heidi Jutras, vue à «La Voix», vont briller dans le spectacle «Vive nos divas», qui sera de retour pour une sixième édition en juillet prochain à l’Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières.

Après deux ans de pause, pandémie oblige, cette production de la Série hommage du Cirque du Soleil va mettre en lumière les icônes féminines de la chanson d’ici, sur une échelle de 90 ans, et célébrer toutes les femmes. Vingt chansons ont été sélectionnées pour le spectacle qui sera présenté du 20 juillet au 20 août et mis en scène par Lydia Bouchard de l’émission «Révolution». La danseuse a chorégraphié les trois premières éditions de «Vive nos divas» aux côtés de Jean-Guy Legault, qui était metteur en scène à l’époque.

«Après je suis partie mettre en scène des "shows" de cette envergure-là en Europe pour le Cirque. Je n’ai jamais fait un "show" comme ça à la maison, alors c’est très spécial pour moi de pouvoir enfin revenir et de prendre la barre de la mise en scène et de l’idéation», a dit Lydia Bouchard en entrevue avec l’Agence QMI.

Deux extraits ont été dévoilés mercredi en même temps qu’on apprenait l’identité des chanteuses qui vont briller sur scène. On sait donc qu’on va revisiter «J’irai où tu iras» de Céline Dion et «Le début d’un temps nouveau» de la regrettée Renée Claude. Pour le reste, c’est motus et bouche cousue, Lydia Bouchard et son collaborateur Jean-Phi Goncalves, directeur musical et arrangements, voulant garder la surprise.

«On est au Cirque, il faut qu’il y ait quelque chose de naïf, de poétique, de lumineux. On ne fait pas une revue musicale non plus», a dit Lydia Bouchard, qui s’appuie sur la fable d’une «jeune femme qui dirige son peuple dans un pèlerinage dans les lieux québécois naturels».

Elle dit qu’«on va dans le bagage émotionnel et dans l’imaginaire collectif de tout le monde pour donner un sens aux mots et aux paroles. Alors oui, le texte, ce que ça dit, ce que ça véhicule, pour nous ça avait tout à voir, on ne pouvait pas en faire fi. On a fouillé pas mal.»

Ce n’est pas une mince affaire de choisir les pièces. «C’est un méchant casse-tête juste pour sélectionner les chansons. Et grâce à la pandémie, ça a été plusieurs années de réflexion. Il fallait mettre le couvercle sur la marmite», a dit Jean-Phi Goncalves, qui sait que les structures des chansons risquent encore de changer. «J’essaie qu’il y ait à la fois un attachement à la chanson originale et une surprise avec la nouvelle version. J’étire l’élastique le plus loin possible sans qu’il craque.»

En tout, plus d’une trentaine d’artistes, danseurs et acrobates se partageront la scène.

«On a essayé d’aller dans tous les genres, toutes les époques, dans toutes les voix, pour qu’il y en ait pour un peu tout le monde, et d’écrire cette lettre d’amour le plus ouvertement du monde», a dit Lydia Bouchard, parlant d’un large spectre musical incluant de la pop, du jazz, du country et de la musique indie.

Les billets sont en vente en ligne [www.amphitheatrecogeco.com].

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.