/news/world

Une journaliste d'al-Jazeera abattue par l’armée israélienne

Les États-Unis ont «condamné fermement» la mort de la journaliste américano-palestinienne d'Al Jazeera Shireen Abu Akleh, tuée par balle mercredi alors qu'elle couvrait une opération de l'armée israélienne à Jénine, en Cisjordanie occupée, et réclamé une enquête «transparente» et «immédiate».

• À lire aussi: Prix Pulitzer spécial pour les journalistes ukrainiens

• À lire aussi: Égypte: trois satiristes de TikTok libérés

«Cela doit être étudié de manière transparente. Nous encourageons les deux parties à participer à cette enquête afin que nous puissions comprendre pourquoi cela s'est produit», a dit l'ambassadrice américaine à l'ONU Linda Thomas-Greenfield devant quelques journalistes avant une réunion du Conseil de sécurité.

Le département d'État a lui aussi appelé à une enquête «immédiate et minutieuse», demandant à ce que les coupables «rendent des comptes», par la voix de son porte-parole Ned Price.

«Nous avons le cœur brisé et nous condamnons fermement le meurtre de la journaliste américaine Shireen Abu Akleh», a-t-il tweeté.

Photo AFP

 

Prié de dire qui devait mener cette enquête, il s'est ensuite borné devant la presse à «saluer» l'annonce de l'ouverture d'une enquête par l'armée israélienne, assurant que l'État hébreu avait, aux yeux de Washington, «les moyens et les capacités de mener des investigations minutieuses et exhaustives».

Il a refusé de se prononcer sur l'origine des tirs. «Nous allons attendre de voir dans quelle direction va l'enquête», a-t-il affirmé.

Linda Thomas-Greenfield a précisé avoir accordé un entretien à cette journaliste en novembre à l'occasion d'un séjour dans la région et ajouté qu'elle avait «un respect extraordinaire à son égard».

«Elle nous manquera à tous» et «nous appelons à une enquête transparente sur son meurtre», a insisté la diplomate américaine, en affirmant l'importance «que les journalistes puissent faire leur travail sans crainte».

La «priorité absolue» des États-Unis est «la protection des citoyens américains et des journalistes», a assuré Linda Thomas-Greenfield.

Shireen Abu Akleh, une des journalistes les plus connues de la chaîne panarabe Al Jazeera, a été tuée par balle mercredi matin alors qu'elle couvrait une opération de l'armée israélienne dans un secteur tendu de la Cisjordanie occupée.

Al Jazeera a accusé les forces israéliennes d'avoir tué «de façon délibérée» et de «sang-froid» sa journaliste vedette, atteinte d'une balle dans la tête.

Les autorités israéliennes ont dit ignorer qui avait tué la journaliste, après avoir suggéré dans un premier temps qu'elle avait «probablement» été atteinte par des tirs de combattants palestiniens en marge d'affrontements à Jénine.