/news/politics

Chefferie du PCC : un débat qui manque de «sérieux»

Un premier débat officiel du Parti conservateur du Canada (PCC) qui a laissé plusieurs personnes sur leur faim.

• À lire aussi: Tirs groupés contre Pierre Poilievre au deuxième débat

• À lire aussi: Premier débat conservateur: tirs croisés entre Charest et Poilievre

Les organisateurs avaient averti les concurrents qu’ils ne pouvaient pas attaquer le premier ministre du Canada et ils étaient très limités dans leur temps de réponse aux questions.

«Ce n’est pas sérieux, ça discrédite le Parti conservateur. Je veux bien qu’on souhaite éviter des chicanes, mais réduire des discussions sur des enjeux comme la réconciliation et la défense à des réponses de 15 secondes, on pourrait appeler ça le débat mini twitter», mentionne Emmanuel Latraverse

Un contraste tellement intense à un débat non officiel qui a eu lieu à Ottawa il y a une semaine.

«Le premier débat était tellement enlevant parce que nous n’avions aucune attente et les attaques arrivaient de tous les côtés et c’était beaucoup trop, mais là c’est comme si on voulait les contraindre pour être certain que tout se passe dans la joie et l’allégresse, mais il y a rien qui est ressorti», souligne Elsie Lefebvre.

Même que l’ancien chef du Nouveau Parti démocratique croit que le format a fait en sorte de restreindre certains candidats.

«C’était presque comme si on avait voulu faire exprès d’enlever le micro à Pierre Poilièvre. Tu avais le droit de lever un drapeau pour obtenir le droit de parole à cinq reprises et une fois que tu avais utilisé tes cinq chances tu ne pouvais plus parler. Poilièvre étant Poilièvre, il est obligé de répliquer à tout et une fois que c’était fini il ne pouvait plus parler donc tous les autres ont commencé à l’attaquer et il s’est fait planter», explique Thomas Mulcair.

Voyez le segment complet dans la vidéo ci-dessus.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.