/news/politics

Chemin Roxham: Boulet déçu par la réponse de Justin Trudeau

Le ministre du Travail, Jean Boulet

Photo Stevens Leblanc

Le ministre du Travail, Jean Boulet

Le ministre de l’Immigration, Jean Boulet, est déçu de la réponse offerte par Justin Trudeau dans le dossier du chemin Roxham, dont le gouvernement Legault exige la fermeture en raison du nombre sans précédent de traversées illégales observé depuis sa réouverture. 

• À lire aussi: Immigration irrégulière: François Legault demande la fermeture du chemin Roxham

• À lire aussi: Fermeture du chemin Roxham réclamé: le PQ accuse le fédéral de nuire «intentionnellement» au Québec

• À lire aussi: Chemin Roxham: «grouillez-vous» dit Régine Laurent au fédéral

Rappelons que mercredi, François Legault a interpellé directement Justin Trudeau en lui demandant de refermer le chemin Roxham (rouvert en novembre dernier), où au rythme actuel, une quantité record de plus de 35 000 passages irréguliers est appréhendée cette année. 

Le chemin Roxham est devenu une véritable « passoire », avait dénoncé un peu plus tôt M. Boulet, en répétant que la capacité d’accueil et d’hébergement du Québec est dépassée. 

«Nous allons toujours continuer de respecter les principes de notre système d’immigration», a plus tard répondu M. Trudeau aux journalistes, avant la période des questions à la Chambre des communes.

«On a un système rigoureux qui va continuer de faire son travail. On est pays qui accueille l’immigration parce qu’on a un système rigoureux. On va continuer de travailler avec les partenaires», a ajouté le chef libéral.

M. Boulet, qui maintient sa demande de fermer le chemin Roxham, juge la réponse du premier ministre Trudeau insatisfaisante.  

«Déçu? Oui, et quand on réfère à la rigueur du système d’immigration au Canada, je regrette: ce n’est pas ce que nous constatons sur le terrain», a réagi le ministre Boulet, en faisant référence aux propos tenus par M. Trudeau. 

«Les délais de traitement, tant des permis de travail que des demandeurs d’asile à la Commission de l’immigration et du statut de réfugié [jusqu’à 14 mois], selon moi, ce sont des délais qui ne sont pas acceptables», a réitéré M. Boulet.