/news/currentevents

Hausse de la cybercriminalité sexuelle envers les enfants

clavier

diaphiris - stock.adobe.com

Le nombre de cybercrimes sexuels à l’égard des enfants a bondi durant la première année de pandémie en 2020, selon Statistique Canada. 

Le taux d’affaires de pornographie juvénile, par exemple, a augmenté de 35% par rapport aux taux observés en 2019, a révélé une étude de l’agence fédérale.

En comparaison, le nombre d’agressions sexuelles sur des enfants a diminué, les Canadiens étant confinés chez eux pour une longue période. La possibilité que des crimes sexuels soient commis en personne était donc plus rare.

D’un autre côté, le temps passé en ligne pendant la pandémie a pu contribuer à l’augmentation des crimes sexuels en ligne. Cette hausse de cybercrimes sexuels envers les enfants s’explique, entre autres, par la hausse du taux de possession et de distribution de pornographie juvénile.

De plus, les affaires d’exploitation et de violence sexuelle à l’égard des enfants en ligne semblent être des crimes où «l’inégalité entre les genres est particulièrement évidente, et qui ciblent les filles de façon disproportionnée». Dans l’ensemble, trois victimes sur quatre sont des filles de 12 à 17 ans, et la majorité des auteurs présumés sont des hommes. Parmi les enfants et les jeunes, 73% des victimes sont des filles de 12 à 17 ans, et 13% sont des filles de moins de 12 ans.

Quant aux hommes et aux garçons, ils représentent 91% des auteurs de violences sexuelles sur des enfants en ligne.

Alors que le fléau de pornographie juvénile perdure et augmente, un faible nombre de ces affaires sont résolues.

L’étude a d’ailleurs révélé que 56% des affaires d’exploitation et de violence sexuelle à l’égard des enfants en ligne n’ont pas été classées. Plus de huit affaires de pornographie juvénile sur dix ne sont pas résolues.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.