/news/law

Incapable d’accepter une rupture, il commet une agression sauvage

Un Montréalais a été reconnu coupable d’une sauvage agression contre la nouvelle flamme de son ex, lui qui avait tenté de brouiller les pistes en allant jusqu’à incendier son propre véhicule. 

• À lire aussi: Violence sexiste: les hommes pourraient être la solution

« L’accusé avait un mobile de s’en prendre à la victime, que ce soit pour l’écarter de la vie de son ex-conjointe ou se rapprocher d’elle », a affirmé le juge Marc-André Dagenais dans une récente décision.

La victime de l’accusé Simon Tremblay a subi d’importantes blessures après avoir subi une attaque sournoise en décembre 2020, à Laval. 

L’homme est revenu chez lui après une soirée passée avec une compagne rencontrée quelques mois auparavant. Après s’être affairé dans son appartement pendant quelques minutes, celui qui n’avait rien à se reprocher a été frappé par-derrière à la tête à l’aide d’un lourd objet métallique.

Même au sol, son agresseur a continué de lui asséner des coups à la tête, puis il a changé d’arme pour en utiliser une tranchante.

64 points de suture 

L’assaillant a tenté aussi d’étrangler sa victime. 

« La victime le supplie de le laisser vivre. L’agresseur le libère, tente d’ouvrir la porte extérieure à proximité puis assène un dernier coup violent au visage de [la victime] avec un objet dur. L’agresseur s’enfuit ensuite par une autre porte », a relaté le juge. 

La liste des blessures est effrayante : lacérations nécessitant 64 points de suture, plusieurs fractures, au niveau de la mâchoire, à la tête et au sinus, trou dans la joue et commotion cérébrale. 

Vous avez un scoop
à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse
jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au
1 800-63SCOOP.

Les soupçons des policiers se sont rapidement tournés vers Simon Tremblay. 

« [Il] n’acceptait pas de ne pas être en relation avec [son ex-conjointe]. Il était constamment habité par l’idée de la reconquérir et, pour ce faire, n’hésitait pas à l’épier », a souligné le juge Dagenais.

Il incendie son véhicule 

Deux jours après l’agression brutale, la voiture de l’accusé est retrouvée incendiée. 

« Du sang est malgré tout trouvé dans la voiture, puis à de nombreux endroits dans l’appartement de l’accusé », et ce, même s’il avait tenté d’effacer ses traces avec de l’eau de Javel.

L’accusé a plutôt invoqué qu’un tiers qui le harcelait depuis des mois serait le véritable responsable.

« Cette thèse permet d’expliquer à la fois l’attaque, l’effacement des données de l’appareil téléphonique de l’accusé, le vol et l’incendie de son véhicule. Or, cette thèse, tout improbable qu’elle soit en elle-même, perd tout caractère raisonnable », a soutenu le juge Dagenais. 


L’accusé devrait connaître sa peine à une date ultérieure.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.