/regional/troisrivieres/mauricie

Parc 40-55: un référendum n’est pas exclu

La Ville de Trois-Rivières, en Mauricie, n’exclut pas de consulter la population par voie de référendum sur son projet contesté d’expansion du parc industriel 40-55.

Le maire Jean Lamarche estime toutefois qu’il s’agit d’une solution de dernier recours.

L’exercice se ferait à titre consultatif. Le résultat d’un référendum ne serait pas contraignant pour le conseil municipal, mais l’organiser pourrait coûter jusqu’à un million de dollars.

Le prolongement projeté comprend les derniers espaces industriels vierges de la ville.

«Oui, c’est le genre de sujet qui peut nous amener au référendum ultimement. Si on n’arrive pas par dialogue à trouver la meilleure des solutions, le référendum, dans ce cas-ci, oui c’est une option qui est envisageable», a indiqué le maire de Trois-Rivières.

La présence de milieux humides dans les espaces qui restent à développer a provoqué une levée de boucliers des écologistes et d’une majorité de membres du conseil municipal.

La Ville a pourtant proposé un compromis pour épargner 85 de la centaine d’hectares en marécage visée et réserver la nouvelle zone à des entreprises vertes actives exclusivement dans la production de solutions environnementales.

Mais cette proposition n’a fait aucune différence aux yeux des opposants. Un conseiller municipal affiché contre le projet estime tout de même qu’il y a encore de la place pour le dialogue.

«Ce qui nous a été présenté est, pour une partie de la population, inacceptable. Il y a sûrement du chemin à faire pour trouver un compromis. Sous quelle forme il sera, je n’en ai aucune idée, mais il faut continuer les discussions», a convenu le conseiller Luc Tremblay.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.