/regional/troisrivieres/mauricie

Écologie : le commissaire industriel de Trois-Rivières refuse de démissionner

Il n'est pas question pour le directeur d'Innovation et développement économique Trois-Rivières (IDE)de démissionner comme l'invitent à le faire les écologistes opposés à l'expansion du parc industriel 40-55 dans une zone marécageuse riche en biodiversité.

Les groupes écologistes qui défendent un territoire marécageux accueillant un écosystème fragile n'ont pas toléré les propos injurieux de Mario De Tilly qui associait leur mouvement à du «terrorisme» et à de la «dictature». Les termes «minables» et «malhonnêtes» ont aussi été utilisés à leur endroit.

Pour le groupe Terre précieuse «le premier commissaire industriel de la ville empoisonne le dialogue et prend la voie de l'affrontement».

Mario De Tilly n'entend pas quitter son poste pour autant.

«Ce que je trouve dommage dans toute cette histoire-là c'est qu'encore une fois on est dans le clivage, dans l'antagonisme. Vous savez quand je parle de positions arrêtées et de groupes c'est à ça que je fais référence», s'est justifié le directeur d'IDE.

Le maire de Trois-Rivières lui a accordé sans délai un vote de confiance. «Jamais on ne va demander à un directeur d'Innovation et développement économique de démissionner parce qu'il réclame le droit de faire du développement économique», a réagi Jean Lamarche. Les écologistes s'opposent à l'expansion du parc industriel sur un espace d'un peu plus d'un kilomètre carré parce qu'il s'y trouve des zones marécageuses et une tourbière. La ville a proposé comme compromis de ne développer que 15% de la superficie et de n'y admettre exclusivement que des PME dites «vertes».

La proposition a été rejetée.

Une autre solution de compromis est en préparation, mais les écologistes ne souhaitent pas revenir sur leur position. «Moi je vois très mal avec qui on peut faire des compromis. Si on parle de faire des compromis, c'est avec qui, avec la planète? Je pense qu'on est tous et toutes au faîte de la réalité des changements climatiques, de la crise de la biodiversité. Donc à ce moment-là faire des compromis, je vois mal ce que ça veut dire», a tranché Charles Fontaine de Terre précieuse.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.