/news/world

États-Unis: la pénurie de lait pour bébé pourrait durer

Powder milk for baby and blue spoon on light background close-up. Baby Milk Formula and Baby Bottles

Dragana Gordic - stock.adobe.com

La pénurie de lait en poudre pour bébés pourrait durer un certain temps, a laissé entendre vendredi le conseiller économique de la Maison-Blanche, soulignant que la priorité était la sécurité. 

Ce problème «ne va pas se régler en un jour ou une semaine», a déclaré Brian Deese sur CNN.

• À lire aussi: Pénurie de lait pour bébé: la Maison-Blanche va annoncer des mesures

• À lire aussi: Des parents «terrifiés» par la pénurie de lait pour bébé

A la question «les parents doivent-ils se préparer à ce que cela dure des semaines ou des mois ?», M. Deese est resté allusif.

«Nous devons voir comment cela progresse en temps réel», a-t-il dit, invitant les parents à se rapprocher de leurs médecins pour les besoins urgents.

Selon le fournisseur de données Datasembly, le taux de rupture de stock de préparations de lait pour nourrissons a atteint 43 % à la fin de la semaine dernière. 

Initialement causée par des problèmes sur la chaîne d’approvisionnement et un manque de main d’œuvre, la pénurie a été aggravée lorsqu’en février une usine du fabricant Abbott dans le Michigan a fermé après un rappel de produits soupçonnés d’avoir provoqué la mort de deux bébés.

«La sécurité est primordiale dans ce dossier», a souligné M. Deese, rappelant que l’usine de Abbott avait été fermée en raison de problèmes de sécurité. 

«Le jour où le rappel s’est produit, l’administration (Biden) a envoyé des conseils à chaque État pour mettre à jour sa réglementation», a-t-il ajouté. 

Écoutez l'entrevue de Mario Dumont avec Pierre-Marc Gervais sur QUB radio :

Il a enfin assuré que «tous les leviers du gouvernement fédéral» étaient activés pour soutenir la chaîne d’approvisionnement.

Accusée au pire d’indifférence, au mieux d’attentisme, la Maison-Blanche a présenté jeudi quelques mesures, d’une portée limitée.

L’administration Biden envisage, entre autres, d’augmenter les importations, alors que les États-Unis produisent 98 % du lait maternisé qu’ils consomment.

M. Deese a assuré que celle-ci travaillait avec les fabricants depuis que le rappel s’est produit, avançant pour preuve que la production avait déjà augmenté.

«Au cours des 4 dernières semaines, il y a eu plus de production de lait maternel qu’au cours des semaines précédant le rappel», a-t-il dit.

Il a reconnu qu’au-delà de la production, les parents devaient pouvoir avoir accès à davantage de lait.

Les États-Unis n’autorisent pas par exemple les importations de lait pour bébé d’Europe.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.