/news/currentevents

Un jeune pourrait ne plus marcher après des tirs à Laval

Le jeune de 14 ans blessé gravement dans la fusillade de dimanche dernier à Laval pourrait ne plus marcher et devoir abandonner sa passion pour le basketball.

• À lire aussi: Une arrestation et deux perquisitions en cours en lien avec les fusillades à Laval

• À lire aussi: Fusillade à Laval: un mort et trois blessés

Sandrick Jorcelin, originaire de la région de Boston, au Massachusetts, quittait une fête sur le boulevard Curé-Labelle lorsque la voiture de sa famille a été criblée de balles.

«Tout à coup, c’était comme s’ils étaient dans une guerre», explique Carducci Chery, un ami proche de la famille qui a recueilli leur version des faits.

Sandrick, assis sur la banquette arrière, a reçu une balle en plein abdomen, qui a endommagé son gros intestin, son poumon et lui a fait perdre un rein.

Son oncle de 28 ans, Junior Lemoyne Printemps, qui conduisait, a perdu la vie, tandis que sa mère a reçu une balle au poignet. Une autre personne dans la voiture a également subi une blessure mineure par balle.

L'adolescent a passé plusieurs jours à l’hôpital Sacré-Cœur à Montréal. Il a reçu jeudi matin la visite touchante d’un policier de Laval qui a pris soin de lui quelques instants après la fusillade. La scène a été filmée par la famille.

fusillade

Photo courtoisie

«J’ai presque abandonné», lui a dit Sandrick en pleurant. 

«Tu es tellement fort», lui répond plus tard le policier.

Il a pris un vol pour Boston, toujours alité, jeudi soir, pour y être hospitalisé.

«Il a encore une balle dans la colonne vertébrale, s’inquiète M. Chery. Les docteurs ne voulaient pas l’enlever, car ils ne savent pas s’il va rester paralysé.»

Rêve de basket  

Sandrick, qui joue pour une équipe de basketball et est un fier partisan des Celtics de Boston, pourrait donc ne plus remettre les pieds sur un terrain.

«On veut croire que ce ne sera pas ça, dit M. Chery. Il est un jeune très actif.»

«C’est un jeune très gentil, poursuit M. Chery. Aussitôt réveillé, il a dit : “pourquoi les gens se font du mal dans le monde?”»

M. Chery a de la difficulté à comprendre pourquoi cette voiture a été ciblée. 

«Je crois qu’il y a eu erreur sur la personne. Je ne crois pas que quiconque était impliqué dans quelque chose de malicieux [dans la voiture].»

Résident de Boston, il a été surpris de ce qu’il a appris sur la vague de violence qui déferle depuis les dernières années dans la région de Montréal. «On se rend définitivement compte que Montréal n’est plus ce qu’elle était. Qu’est-ce qui se passe là-bas?», demande-t-il.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.