/finance/homepage

Producteurs de fruits et légumes en péril: «ça va être très difficile de passer à travers»

La survie de plusieurs producteurs maraîchers du Québec est en péril en raison de la hausse des coûts de production et de la compétition internationale. 

«Présentement, nous, ce qu’on vit avec les hausses, on parle du simple au double dans le prix du carburant et on parle du simple au double dans le prix du contenant», explique Catherine Lefebvre, présidente de l’Association des producteurs maraîchers du Québec (APMQ).

Pour pallier cette hausse des coûts, les producteurs auraient besoin que le prix des fruits et légumes augmente, mais ils ne sont pas certains que ce sera le cas étant donné que plusieurs fruits et légumes offerts à l’épicerie proviennent aussi de l’international. 

Le gouvernement américain a notamment annoncé une subvention pour une partie du secteur de l’agriculture aux États-Unis. 

«C’est nos compétiteurs, alors, dire que le panier d’épicerie va monter dans les fruits et légumes, je ne suis pas certaine. On vit une compétition mondiale, donc c’est difficile à dire, mais il va falloir qu’il se passe quelque chose pour que le secteur maraîcher du Québec puisse perdurer dans le temps», plaide Mme Lefebvre. 

La «pire année à vie»

L’année 2021 a été difficile pour les producteurs maraîchers du Québec. 

«Ça fait plus de 25 ans que je suis avec mon mari sur la ferme et c’était notre pire année à vie. On a vendu pas mal deux de nos trois produits à perte», rapporte la présidente de l’APMQ.

Pour que l’année 2022 soit meilleure, «il n’y a pas de solution miracle». 

«On est dans un marché mondial. Les coûts de production qu’on a au Québec, les normes environnementales nous coutent très cher, ce que nos compétiteurs n’ont pas non plus, alors ça va être très difficile de passer à travers», déplore Mme Lefebvre. 

Ce sont les consommateurs qui peuvent améliorer le sort des producteurs en demandant et en choisissant des fruits et légumes québécois. 

«C’est en choisissant les produits québécois et en nous laissant notre place à l’épicerie qu’on va probablement réussir passer à travers, mais c’est très difficile, c’est des années très difficiles qu’on court», dit-elle. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.