/news/politics

Québec investit 1,1 milliard $ pour les organismes communautaires

Les organismes communautaires québécois vont bénéficier d’un investissement de 1,1 milliard $ sur cinq ans de Québec, une mesure saluée, mais jugée encore insuffisante par les principaux concernés.

• À lire aussi: Une fermeture forcée pour un organisme en manque de financement

• À lire aussi: Pénurie de main-d'oeuvre dans les organismes communautaires de la Haute-Yamaska

• À lire aussi: Budget Girard: Le milieu communautaire satisfait, mais...

Le ministre du Travail, Jean Boulet, a dévoilé le Plan d’action gouvernemental en action communautaire samedi matin, promettant ainsi un financement stable qui tient compte des différentes missions de ces organismes.

Une première somme de 888,1 millions $ sera versée d’ici 2026-2027, notamment pour la création de nouveaux programmes de soutien aux organismes.

«Le milieu communautaire contribue de façon importante à la cohésion et à la vitalité de la société québécoise en intervenant dans une foule de domaines et, en particulier, auprès des plus vulnérables d’entre nous», a déclaré par communiqué le ministre Boulet.

Si les organismes recevaient déjà du financement, celui-ci était proposé par mission menée et non sur le long terme, rendant leur survie plus difficile.

Avec ce plan, l’action communautaire pourrait être renforcée en améliorant les conditions de travail, en formant le personnel et en aidant à la gestion des ressources humaines.

«En offrant de nouvelles assises à cette action, en favorisant une prévisibilité du financement à la mission offert aux milliers d’organismes qui y sont dédiés et en le haussant de façon significative, nous reconnaissons le travail du milieu communautaire et son apport au développement du Québec», a ajouté M. Boulet.

Mais s’il s’agit d’un «pas en avant», le travail n’est pas encore terminé, selon le Réseau québécois de l’action communautaire autonome (RQ-ACA).

«Le problème, c’est qu’il n’y a pas assez d’argent pour la mission globale et qu’il y a des secteurs qui sont laissés pour compte. C’est pourquoi plusieurs sont déçus et même en colère, car la situation est critique sur le terrain», a indiqué Caroline Toupin, coordinatrice du RQ-ACA.

Les secteurs de la santé et de l’environnement seraient principalement négligés, les premiers ne recevant en moyenne que 13 000 $ supplémentaires par organisme, quand les seconds ne bénéficieront pas de ce financement continu, selon le RQ-ACA.

Pour autant, Mme Toupin a reconnu que le plan est «structurant». «Il renforce le financement à la mission globale, l’un des principes fondamentaux de l’action communautaire autonome, puisque 90 % des investissements y sont consacrés.»

Cet investissement avait été annoncé dans le dernier budget provincial et décidé après une consultation menée auprès de milieux communautaires depuis 2019.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.