/news/law

David Milgaard s’éteint à l’âge de 69 ans

Stuart Dryden/Calgary Sun/QMI Agency

Le Canadien David Milgaard, qui a passé plus de deux décennies en prison pour un crime qu’il n’avait pas commis, avant de devenir l’un des plus ardents pourfendeurs des injustices dans le système pénal canadien, s’est éteint à l’âge de 69 ans à Calgary.

• À lire aussi: Les accusations contre Milgaard levées

• À lire aussi: David Milgaard accusé de voies de fait

• À lire aussi: Les erreurs judiciaires au Canada

L’organisation Project Milgaard a annoncé la nouvelle dimanche sur ses réseaux sociaux. Sa sœur, Susan Milgaard, a confirmé au «Globe and Mail» que le grand défenseur des droits civiques victime de l’une des pires méprises judiciaires de l’histoire du Canada est décédé tôt dimanche matin des suites d’une pneumonie.

La vie de David Milgaard avait basculé en 1969 alors qu’il avait été faussement accusé du viol et du meurtre de Gail Miller, une infirmière de Saskatoon. L’homme, qui ne se trouvait même pas dans la ville au moment du meurtre, avait été condamné sur la seule base de témoignages de ses amis – obtenus sous pression de la police –, dont un qui a admis plus tard qu’il était encore sous l’influence de drogues au moment de son interrogatoire, décrit l’Encyclopédie canadienne.

La police avait même sciemment ignoré, par la suite, des preuves liant le véritable assassin, Larry Fisher, au meurtre de Gail Miller. Il aura fallu attendre jusqu’en 1992 pour que David Milgaard soit libéré, à la suite d’un examen de son procès par la Cour suprême après la divulgation de nouvelles preuves, tandis que Fisher n’a pas été arrêté avant 1997, à la suite de tests d’ADN prouvant sa culpabilité et exonérant du même coup pour de bon M. Milgaard.

David Milgaard avait reçu une compensation de 10 millions $ pour ses décennies passées derrière les barreaux, période au cours de laquelle il a été agressé à répétition, en plus d’avoir tenté de s’enlever la vie.

À la suite de son expérience traumatisante, David Milgaard est devenu un fervent défenseur des droits des gens condamnés à tort. Il prononçait des conférences dans lesquelles il mettait en garde les gens contre le risque de subir une erreur judiciaire et militait pour la création d’une commission indépendante qui serait chargée de réviser les enquêtes litigieuses.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.