/regional/sherbrooke/estrie

Meurtre de Thomas Cameron: la prison à perpétuité demandée pour l’accusé

La poursuite demande une peine d’emprisonnement à perpétuité sans possibilité de libération avant 10 ans pour le meurtrier de Thomas Cameron, ce jeune homme de 18 ans assassiné à coups de couteau, à Sherbrooke, en août 2019.

• À lire aussi: «J'ai mal chaque jour quand je pense aux 62 coups de couteau»

• À lire aussi: Représentations sur la peine pour le meurtrier de Thomas Cameron

• À lire aussi: Une adolescente impliquée dans un meurtre bientôt libérée à Sherbrooke

L’accusé, qui était âgé de 17 ans et 11 mois au moment du crime, ne peut pas être identifié tant que le Tribunal n’aura pas décidé s’il sera assujetti ou non à une peine pour adulte.

À l’été 2019, il cherchait la confrontation avec la victime, mais cette dernière trouvait toujours le moyen de se défiler. Dans les semaines qui ont précédé les événements tragiques, il aurait manifesté son désir de lui faire du mal.

Dans des propos qu’il a tenus à des amis, il a mentionné selon la trame factuelle de la poursuite : «Qu’il avait des problèmes à régler avec lui» et «que Thomas mériterait de se faire tuer.»

Le soir des événements, le 3 août 2019, il a demandé à sa copine de s’assurer que Thomas Cameron vienne le rejoindre au parc Adrien-Cameron. La victime a tenté de lui échapper et l’a supplié d’arrêter, mais l’accusé a fait fi de ses demandes en le poignardant à 62 reprises.

Dans l’esprit de la poursuite, sa culpabilité morale ne fait aucun doute.

Pour ces mêmes raisons, la mère de Thomas Cameron souhaite que le juge condamne l’accusé, qui aura 21 ans dans quelques mois, à une peine d’emprisonnement à perpétuité plutôt que les sept années de mise sous garde fermée comme le prévoit la loi sur le système de justice pénale pour adolescent.

De plus, tout reste à faire, selon les intervenants du Centre jeunesse qui parlent d’une timide amorce de réhabilitation chez l’accusé même s’il s’est écoulé 38 mois depuis son crime.

La défense finira de présenter ses arguments mardi matin, puis le juge prendra sa décision en délibéré avant de la rendre à une date ultérieure.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.