/regional/saguenay

Rio Tinto bonifie l’investissement à Arvida

L’entreprise Rio Tinto s’impose un délai dans la réalisation de ses 16 nouvelles salles de cuves à Arvida, à Saguenay, afin de réévaluer l’investissement en augmentant possiblement le nombre de cuves.

• À lire aussi: Semiconducteurs: 5N Plus s’approvisionnera en minerai chez Rio Tinto

• À lire aussi: De l'aluminium recyclé pour le groupe Rio Tinto

Le projet avait pourtant été annoncé en novembre dernier, en présence du ministre de l’Économie et de l’Innovation Pierre Fitzgibbon. 

Rio Tinto investissait alors 110 millions $ pour 16 nouvelles cuves AP-60. Mais le fabricant d’aluminium vient d’informer les entrepreneurs impliqués et les travailleurs de son intention de retarder le projet. 

Les travaux d’ingénierie et d’approvisionnement demeurent toutefois toujours en cours.

Rio Tinto a reconnu par communiqué vouloir évaluer «l’ajout potentiel de cuves supplémentaires».«Le projet des 16 cuves n’est pas remis en cause.

Il redémarrera dans les meilleurs délais et sera complété selon un nouvel échéancier», est-il aussi écrit.

Selon le syndicat national des employés de l’aluminium d’Arvida, la compagnie veut s’assurer de la capacité des infrastructures nécessaires, pour le transport de l’électricité, par exemple, pour voir combien elle pourrait ajouter d’autres cuves.

«Si les 16 cuves étaient installées maintenant, il est possible qu’on ne puisse plus en ajouter d’autres au même endroit par la suite», a expliqué le président du syndicat, Donat Pearson.

«On ne sait pas combien il pourrait y en avoir de plus, mais c’est mieux de le vérifier maintenant.»La compagnie parle d’un échéancier de quelques semaines.

Le prix de l’aluminium est encore intéressant, à 2 700 $ la tonne, même s’il a baissé depuis deux mois.

Les 16 cuves, et les autres hypothétiques remplaceront en partie les cuves précuites, qui arriveront au bout de leur vie utile en 2025. Le syndicat réclame une usine de remplacement depuis des années. 

Tout projet d’expansion est donc le bienvenu à ses yeux.

«Si la compagnie veut ajouter plus de cuves, on ne peut pas être contre!», a ajouté Donat Pearson. «On veut une vraie usine!»«Tant mieux si c’est un pas de côté qui permet de faire deux bonds en avant», a commenté le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, en invitant le gouvernement à se montrer vigilant avec Rio Tinto.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.