/news/law

Abattage de cerfs: Me Goldwater poursuit la Ville de Longueuil

Me Anne-France Goldwater passe de la parole aux actes. Son cabinet, au nom de l’organisme Sauvetage Animal Rescue, a officiellement entrepris un recours devant le tribunal contre la Ville de Longueuil et contre le gouvernement du Québec.

• À lire aussi: La demande de relocalisation des cerfs de Longueuil refusée

• À lire aussi: Catherine Fournier justifie sa décision d’abattre 70 cerfs de Virginie

• À lire aussi: La population de cerfs explose à Longueuil

L’action vise à empêcher «le massacre des cerfs de Virginie qui, on le sait, sont en surpopulation au parc régional Michel-Chartrand», peut-on lire dans le communiqué officiel.

Longueuil veut faire abattre cette année entre 50 et 70 cerfs, une opération que l’avocate qualifie de cruelle.

Me Goldwater privilégie d’abord aux tribunaux la tenue d’un débat, afin de paralyser toutes actions contre les bêtes d’ici là.

Elle veut que les cerfs soient traités sur place contre les parasites, que des mâles soient stérilisés et si possible qu’on relocalise les cerfs et qu’on les relâche dans des refuges à travers le Québec.

Me Anne-France Goldwater a tenu une conférence de presse mercredi matin, accompagnée d’une porte-parole de Sauvetage Animal Rescue. 

L’avocate n’a pas mâché ses mots envers le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. 

« Les vrais responsables sont ceux du ministère, et j’ai drôlement l’impression, qu’ils sont plus préoccupés par l’idée d’abattre des animaux que de les sauver et qu’ils arrêtent le mot “euthanasier”. Il n’y a pas une personne qui devient vétérinaire pour abattre des animaux», croit-elle. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.