/news/tele

«Le Restaurant»: «Pénétrer dans la restauration autrement que par la gastronomie»

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Animée par le chef Vincent Dion-Lavallée et Hélène Bourgeois Leclerc, la compétition culinaire «Le Restaurant», dont les tournages viennent de commencer, promet une incursion dans le monde de la restauration sous un nouvel angle.

«On est vraiment là pour montrer l’envers de la restauration et montrer le stress en cuisine. Et pas juste le stress d’avoir un temps alloué pour faire un défi ou créer une recette, mais aussi parce qu’il y a des clients dans la salle qui attendent», a indiqué l’animatrice qui campera aussi le rôle de maître d’hôtel, dans cette nouvelle compétition culinaire faisant le pont entre la salle à manger et la cuisine.

Le téléspectateur aura ainsi accès, avec cette formule, au côté entrepreneurial de la cuisine. Un aspect qui se reflètera également au niveau des thèmes abordés, a mentionné la comédienne lors d’une entrevue accordée à l’Agence QMI, mardi.

Recréer le «day-to-day» 

Cette nouvelle compétition vise à recréer «le quotidien» des restaurateurs pour aider les compétiteurs qui rêvent d’ouvrir leur restaurant à parfaire leur offre et leur concept. La rentabilité, la profitabilité, le gaspillage, mais aussi l’adaptation des menus pour satisfaire à la fois les gens pressés, les familles ou ceux qui veulent se poser longtemps, seront tous des éléments pris en considérations lors des évaluations. «C’est un peu la réalité que les restaurateurs vont vivre au cours de leur carrière. C’est vraiment un “day-to-day” qui arrive dans un restaurant et on se base là-dessus pour faire les défis», a fait savoir Vincent Dion-Lavallée sans pouvoir trop en dévoiler, ajoutant qu’il sera intéressant de voir les différences d’énergies entre ce qui se passe en salle par rapport à ce qui se passe en cuisine.

À chaque épisode, une quarantaine de clients auront à choisir - à leur discrétion - et à évaluer un plat parmi les trois propositions qui seront mises à leur disposition. Un candidat pourrait donc se retrouver avec 25 commandes de son plat, alors qu’un autre pourrait n’en avoir que trois.

Photo Agence QMI, Joël Lemay

À la fin du service, les clients et le juge-mentor, révélé au grand public dans l’émission «Un chef à la cabane», auront à protéger chacun un candidat. Le troisième sera éliminé. Mais attention! Le goût ne sera pas le seul critère évalué. La proposition dans son ensemble sera regardée à la loupe, à savoir si elle est complète ou non, son prix, sa cohésion et le respect du thème vont aussi influencer les notes, a fait savoir le chef, mardi. La constance et la gestion d’inventaire auront elles aussi leur poids dans le résultat final.Le gagnant remportera une bourse de 50 000 $ pour l’aider à ouvrir son restaurant.

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Un grand secret plane toujours au-dessus de la compétition qui ne sera pas présentée à la télé avant l’automne. L’Agence QMI a cependant appris que les 12 candidats proviendraient d’univers et de milieu assez disparates, bien que le niveau culinaire des participants soit assez élevé. On sait aussi que l’une des candidates, qui possède une formation complète en pâtissière et boulangerie, souhaite ouvrir son restaurant déjeuner/brunch, tandis que d’autres rêvent d’ouvrir des restaurants gastronomiques ou encore des buvettes.

«On aurait pu faire un “show” complet sur la cuisine gastronomique. Il y avait tellement de talents [au sein des candidats], mais on voulait quelque chose de plus coloré, plus “Restauration en général au Québec”. Et c’est ça qui est le fun. Ce n’est pas parce que tu veux ouvrir une buvette ou un comptoir mexicain que c’est forcément moins bon qu’un restaurant gastronomique», a indiqué le chef de la Cabane d'à Côté, situé à Mirabel.

Photo Agence QMI, Joël Lemay

«Le Restaurant», qui est présentement en tournage au Hoogan et Beaufort, sera présenté l’automne prochain à Zeste.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.