/news/society

Les hôpitaux s’arrachent les inhalothérapeutes

Essentiels au bon déroulement de plusieurs interventions en santé, les inhalothérapeutes se font de plus en plus rares.

C’est particulièrement le cas dans les hôpitaux Maisonneuve-Rosemont et Santa Cabrini, à Montréal, où il en faudrait une trentaine de plus, soit le tiers des effectifs.

Les inhalothérapeutes doivent être partout dans l'hôpital pour prendre soin des prématurés jusqu'aux personnes qui ont des problèmes respiratoires. 

«C'est lui qui va faire faire les épreuves de fonctions respiratoires, qui va nous permettre de démystifier un peu les causes d'essoufflement d'un patient, aussi au niveau du laboratoire du sommeil pour faire un diagnostic des maladies du sommeil, comme l'apnée du sommeil», explique la pneumologue à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, Dre Karine Chagnon.

Dans l’ensemble du réseau de la santé, il manque environ 300 inhalothérapeutes, selon leur ordre professionnel. 

Pour maintenir les services, il faudrait en embaucher 185 par an au cours des cinq prochaines années, alors que seulement 120 doivent commencer à travailler cette année, après avoir complété leur formation de trois ans au cégep. 

On estime, cependant, que les départs seront plus nombreux que les embauches.

«Pour nous, c'est dramatique de manquer d'inhalothérapeutes. Donc, les patients attendent pour un diagnostic, que ça soit pour de l'asthme, mais aussi les patients qui attendent d'être opérés pour un cancer du poumon, on doit savoir s'ils ont des fonctions respiratoires suffisantes pour être opérés», affirme la Dre Gagnon.

Et ceux qui travaillent dans le réseau sont épuisés.

«On fait toujours plus avec moins, mais à un moment donné, c'est que les gens sont fatigués», clame Laurence Roy-Hétu, inhalothérapeute à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

«On est toujours appelés dans les situations d'urgence, les situations ou c'est plus critique, surtout sur les étages, aux soins cardiorespiratoires généraux», mentionne pour sa part Frédéric St-Denis, lui aussi inhalothérapeute à Maisonneuve-Rosemont.

La situation est urgente, d'autant plus que des patients doivent rester plus longtemps à l'hôpital en raison de cette pénurie.

Pour voir le reportage complet, visionnez la vidéo ci-haut.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.