/news/politics

Prix de l’essence: les pétrolières dans la ligne de mire des néodémocrates

Face à la hausse continue du prix du carburant, les néodémocrates visent directement les grandes entreprises pétrolières et comptent mettre fin à leurs subventions publiques dans une motion présentée mardi à Ottawa. 

• À lire aussi: Plafond sur le prix à la pompe: le Parti Québécois fait fausse route

• À lire aussi: Hausse du prix de l’essence : les agents de voyage peuvent-ils imposer des frais supplémentaires?

Accusant les pétrolières d’engranger des profits records, le Nouveau Parti démocratique (NPD) souhaite exclure ces compagnies du crédit d’impôt pour le captage du carbone d’ici la fin de l’année, qui est estimé à 2,6 milliards $.

«On peut utiliser cet argent public d’une manière plus efficace en réinvestissant cet argent pour l’énergie renouvelable et aider les familles», a avancé le chef néodémocrate Jagmeet Singh lors d’un point de presse en matinée.

La motion ne ferait cependant pas baisser le prix affiché à la pompe, qui a dépassé les 2 $ dans la région de Montréal notamment, mais redonnerait de l’argent dans les poches des Canadiens à travers d’autres crédits d’impôt pour réduire le coût de la vie.

«Une de nos propositions spécifiques est d’augmenter l’allocation canadienne pour enfants ainsi que le crédit d’impôt pour la TPS», a spécifié M. Singh.

Représentant de 25 à 35% du prix de l’essence, les taxes ne sont toutefois pas ciblées par le gouvernement Trudeau. Le ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Steven Guilbeault, a affirmé lundi qu’aucune suspension de la taxe de vente fédérale n’était envisagée.

Selon lui, cette décision aurait «un impact marginal sur le prix à la pompe» puisque l’augmentation du prix est principalement influencée par les marchés mondiaux.

Du côté des conservateurs, le candidat à la chefferie Jean Charest propose d’abolir la taxe carbone pour les particuliers afin de faire baisser le prix de l’essence. À la place, il souhaite faire payer une tarification du carbone aux industries.

Autre candidat à la chefferie, Pierre Poilievre a quant à lui assuré qu’il annulerait la taxe carbone s’il accédait au poste.

Rappelons que le Québec a son propre système de tarification du carbone qui applique les normes minimales fixées par Ottawa.

Écoutez l'entrevue avec Alexandre Boulerice, chef adjoint au NPD et député de Rosemont-La-Petite-Patrie sur QUB radio:

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.