/regional/quebec/quebec

Tramway de Québec: la station de Saint-Charles-Garnier est sauvée

Le scénario qui prévoyait de retirer la station de tramway dans le secteur du Collège Saint-Charles-Garnier a été rejeté par les citoyens qui ont participé aux consultations publiques. La desserte en transport a été l'un des principaux critères pris en compte par les répondants.

Image courtoisie, Ville de Québec

Le scénario qui prévoyait de retirer la station de tramway dans le secteur du Collège Saint-Charles-Garnier a été rejeté par les citoyens qui ont participé aux consultations publiques. La desserte en transport a été l'un des principaux critères pris en compte par les répondants.

La station de tramway dans le secteur de Saint-Charles-Garnier est primordiale selon les citoyens et elle sera maintenue, a tranché l’administration Marchand, qui se donne quelques semaines pour décider de l’insertion précise des rails sur ce segment. 

• À lire aussi: Les appuis au tramway toujours au plus bas selon un sondage Léger

• À lire aussi: Tramway de Québec: la balle est dans le camp d’Ottawa pour les dépassements de coûts

La Ville de Québec a présenté mardi les résultats de la consultation publique pour le secteur du Collège Saint-Charles-Garnier, où l’étroitesse des voies de circulation bordées par deux rangées d’arbres matures impose des choix difficiles.  

L’administration avait proposé trois scénarios possibles. Les citoyens ont clairement manifesté qu’ils voulaient maintenir une station dans le secteur. En effet, l'option de la retirer n'a été choisie que par 18,7 % des répondants. «On exclut dorénavant l’idée d'enlever la station. Cette décision est prise», a établi le maire, Bruno Marchand. 

Les deux autres scénarios proposés ont divisé les citoyens. En tout, 41,4 % des répondants ont préféré le scénario qui prévoit le retrait complet des voies de circulation. D’un autre côté, 40 % ont opté pour celui à deux variantes : soit de garder deux voies de circulation automobile et d’insérer le tramway au centre de la chaussée, soit d’aménager une rue partagée où la circulation est apaisée à 20 km/h.

Décision politique

Dans les deux cas, des arbres devront être coupés. Le premier scénario prévoit l’abattage de 10 à 15 arbres. Le second, de 32 arbres. Au final, ce sera une «décision politique», a exprimé M. Marchand, qui entend bien l’assumer.

Le maire a indiqué qu’il faudra tenir compte des impacts potentiels des choix. Par exemple, la circulation de transit dans les quartiers limitrophes à René-Lévesque inquiète les citoyens.

4000 commentaires

«Est-ce qu’on est capable de fermer une rue sans créer le chaos?» s’est-il interrogé. M. Marchand n’a pas voulu donner d’indice sur l’option qu’il choisirait, préférant attendre de prendre connaissance de toutes les données. En effet, l’administration s’inspirera des quelque 4000 commentaires reçus lors des consultations pour trancher.  

La décision sur le scénario privilégié sera prise d’ici deux à trois semaines, puisque le temps presse. Ce choix sera transmis aux consortiums qualifiés afin qu’ils l’intègrent dans leur proposition qui sera dévoilée au printemps 2023.

Une chose est certaine, quoi qu’il arrive, «ça va transformer René-Lévesque», a convenu le maire.  

Les citoyens ont aussi fait part de leurs priorités dans ces futurs aménagements. En tête de liste viennent la présence de transport en commun à proximité et le maintien des arbres existants. L’élément le moins important pour les répondants est le maintien de la capacité routière actuelle.

En tout, plus de 800 personnes ont pris part à la séance d’information ou aux ateliers de discussions. Une consultation en ligne a été menée par la suite sur une période de deux semaines, jusqu’au 8 mai, et 1881 questionnaires en ligne ont été complétés.

Ambition

La conseillère Jackie Smith, de Transition Québec, invite le maire Marchand à être « ambitieux pour la mobilité durable». Elle souhaite d’ailleurs que l’administration choisisse l’option qui retire toutes les voies de circulation automobile et qui protège le plus d’arbres.

Avis des participants à la consultation sur : 

La réduction du nombre de véhicules 

  • 39 % très favorables 
  • 34 % favorables, à condition que des mesures soient mises en place pour limiter le transit dans les rues locales 
  • 25 % non favorables 
  • 2 % ne sait pas  

La réduction de la vitesse 

  • 73 % favorables 
  • 24 % non favorables 
  • 3 % ne sait pas  

Source : Ville de Québec

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.