/news/culture

Kooza: 15 ans d'exaltation

MARTIN ALARIE / AGENCE QMI / JOURNAL DE MONTREAL

Près de 15 ans après sa création, le spectacle «Kooza» du Cirque du Soleil suscite toujours autant d’exaltation, et avec raison.

• À lire aussi: «Jusqu’au prochain moi»: une pièce de cirque signée Didier Lucien

• À lire aussi: «3 géants» vont dominer la métropole et rendre hommage aux grands du milieu culturel

• À lire aussi: Série hommage du Cirque du Soleil: retour du spectacle «Vive nos divas» à Trois-Rivières

Installé sous l’emblématique chapiteau du Vieux-Port de Montréal jusqu’à la mi-août, cette magnifique odyssée qui combine à merveille la performance acrobatique de haute voltige et l'art clownesque, à officiellement célébrer son retour sur les planches mercredi soir. 

Dans un univers flamboyant et exotique, aux accents indiens, les numéros acrobatiques ont, pour la plupart, été très impressionnants tant par la maîtrise que par la prise de risque des artistes. Les frères funambules Vicente et Roberto Quiros Dominiguez, qui sont là depuis le début de l’aventure «Kooza», et Flouber Sanchez ont notamment gardé le public sur le bout de sa chaise. Vers la fin du numéro, beaucoup d’interjections inquiètes et craintives se sont fait entendre parmi les 2500 spectateurs réunis sous l’immense chapiteau blanc et bleu, et presque tous se sont levés pour les applaudir. 

Le surprenant numéro d’équilibre sur chaises du russe Viktor Levoshuk, qui monte une pyramide de près de 30 pieds de haut, ainsi que celui de la roue de la mort des Colombiens Ronaldo Solis Montes et Angelo Lyerzkysky, et des sangles aériennes de l’Américaine Haley Rose Viloria, ont tout aussi été captivants. 

Cherchant sa place dans le monde, l’Innocent, joué par Cédric Bélisle, un solitaire mélancolique, signe la réception d’une mystérieuse boite, ou koza, en lange sanskrit. Il fait alors la rencontre d’un diablotin qui l’entraine dans un monde magique où il croisera la route d’un Roi, qui a la prestance d’un Maharajah, et de ses deux acolytes, ainsi que du chien maboul. 

Retour aux sources 

Ce spectacle qui a été créé il y a 15 ans est un retour aux sources à l’art circassien. La mise en scène et les décors – une tour à plusieurs étages qui occupe un coin de la vaste scène circulaire - sont simples, mais efficaces. Ils ne sont pas non plus surchargés d’éléments scéniques de haute technologie - si ce n’est les quelques coups de canon à confettis qui ont été donnés en début de spectacle. 

Dans cette formule, ce sont sans contredit les artistes et les costumes qui en ont mis plein la vue. 

Sans oublier les animations clownesques, qui entre les numéros acrobatiques ont été très drôles et bien réalisées. Il seront certainement plaire à toute la famille. La musique était pour sa part entrainante, rythmée et parfois rigolote. Inspirée du funk, et même du rock des années 1970, avec des touches de musique traditionnelle indienne, elles ont permis de donner le ton à la soirée et de tenir le public en haleine. 

La chanteuse Joanie Goyette, qui a été révélée à «Star Académie» en 2009, campe dans la production de cette année le rôle de la chanteuse soul. Elle partage d’ailleurs le micro avec l’Américaine Kathryn Holtkamp qui se charge des chants spirituels et lyriques. Présentes dans la tour du durant tout le spectacle, elles étaient accompagnées d’un groupe de musiciens. 

Bien que le masque ne soit plus de mise dans l’audience depuis presque une semaine, quelques personnes l’ont tout de même porté pendant les deux heures qu’a duré le spectacle. 

Présenté pour la première fois en 2007, «Kooza» a depuis été vu par huit millions de personnes dans une vingtaine de pays. Plus d’une trentaine de représentations seront jouées à Montréal cet été. Pour plus de détails : www.cirquedusoleil.com/fr/kooza

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.