/news/society

Les ados ont développé une relation amour-haine avec les écrans

Teenagers texting mobile phone messages leaning on urban wall - Group of multiracial friends using cellular standing outdoors - Concept of students addiction to social network and telephone technology

akhenatonimages - stock.adobe.com

Au plus fort de la pandémie en 2021, les adolescents montréalais ont dû tellement se tourner vers les appareils électroniques que 40% d’entre eux s’en sont carrément écœurés, selon une nouvelle étude. 

• À lire aussi: Apprenons la patience à nos enfants

• À lire aussi: Les enfants menacés par trop d'écrans? La science n'est pas si catégorique

«Les jeunes ont peut-être utilisé les écrans faute de mieux parce qu’ils ne pouvaient pas faire autant de choses qu’ils auraient souhaité», affirme Jean-François Biron, chercheur à la direction régionale de santé publique de Montréal.

En effet, ceux qui ont augmenté plusieurs types d’utilisation des écrans au cours de la pandémie se montrent significativement plus «tannés» des écrans, démontre le rapport Regards sur l’utilisation des écrans chez les adolescents montréalais en contexte de pandémie, dévoilé aujourd’hui.

Jean-François Biron, Michel Fournier et Pierre H. Tremblay, du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, ont interrogé 725 adolescents âgés de 13 à 17 ans en avril et mai 2021 afin de connaître leurs habitudes numériques.

Jeunes fatigués

Selon leurs résultats, 45% des répondants ont perdu du sommeil en raison de leur usage des écrans et 37 % admettent qu’ils ont nui à leurs performances scolaires. 

De plus, 39% se disent parfois ou souvent écœurés des écrans. «Ce ne sont pas les utilisateurs intensifs qui se montrent les plus tannés [...] Ce sont plutôt les individus dont l’augmentation est contextuelle», écrivent les chercheurs.

En effet, au printemps 2021, le couvre-feu était en vigueur, les contacts sociaux étaient restreints à la bulle familiale et une grande part de l’enseignement scolaire se réalisait à distance.

Dans ce contexte, sept jeunes sur dix affirment avoir augmenté leur temps d’écran, notamment à cause des vidéos en ligne, des médias sociaux et des jeux vidéo.

Les garçons sont plus nombreux à avoir accru leur utilisation des jeux vidéo, alors que les filles ont pour leur part davantage augmenté l’usage des médias sociaux. 

Écoutez la chronique de l'enseignant Sylvain Dancause au micro de Geneviève Pettersen sur QUB radio:   

Milieu scolaire

Sans compter le temps alloué à l’école, 27% des jeunes Montréalais passaient au moins cinq heures par jour devant un écran. La fin de semaine, cette proportion augmentait jusqu’à 44%.

«L’utilisation intensive est significativement associée à [...] de plus faibles résultats scolaires et un moins bon moral», précisent les auteurs.

«Il y a des chances que la proportion de jeunes utilisateurs intensifs diminue [dans le futur]. Mais la question est de savoir à quel point il y a des automatismes et des habitudes qui vont s’être enracinés», s’interroge M. Biron, en entrevue avec Le Journal

IMPACTS DES ÉCRANS SUR LES ADOLESCENTS PENDANT L’ANNÉE SCOLAIRE 2021 

Maintenir ses relations 76%

Nouveaux apprentissages 70%

Entourage inquiet 50%

Perte de sommeil 45%

Tanné 39%

Nui aux résultats scolaires 37% 

Source : Direction régionale de santé publique de Montréal Étude adolescents et écrans 2021

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.