/finance/homepage

Les livreurs de pizza se font rares

La pénurie de main-d’œuvre frappe aussi les pizzérias. Plusieurs restaurants de pizza voient leurs ventes diminuer en raison du manque de livreurs et de livreuses. 

Le prix de l’essence décourage souvent les potentiels employés. 

«Les livreurs utilisent leur propre voiture, donc ils sont plus difficiles à recruter puisque ça fait peur un peu», admet Sébastien Abbatiello, directeur du marketing chez Pizza Salvatoré. 

Il explique que pour combattre cette réticence, Pizza Salvatoré demande aux livreurs de remplir un document listant le modèle du véhicule, le kilométrage et la consommation d’essence au 100 km. 

«Ensuite, sur leur téléphone, ça leur calcule combien ça leur a couté en essence, en entretien et réparation, et en dépréciation. Ainsi, ils voient combien il leur en reste dans leurs poches», souligne M. Abbatiello. 

Toutefois, les demandes de livraison ont explosé dans les derniers mois. Aux États-Unis, les demandes de livraison sont en hausse de 6 %, et on constate le même phénomène au Québec. 

Les restaurants n’ont parfois d’autres choix que de se tourner vers les grandes entreprises de livraison, comme Uber Eats et Doordash, qui prennent un grand pourcentage des revenus. 

«Les délais de livraison ont tendance à être un peu plus longs dans leurs heures achalandées», confirme Élisabeth Abbatiello, vice-présidente, communication et rayonnement chez Pizza Salvatoré. 

Elle explique que la chaîne observe que de plus en plus de personnes décident de commander leur nourriture en ligne et décident de venir la chercher en magasin pour ainsi éviter de trop longs délais. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.