/finance/homepage

L’inflation continue à croître au Canada et au Québec

Le taux d’inflation a continué à croître au Canada en avril pour se situer à 6,8 %, un nouveau record depuis 1991 qui s’explique à nouveau par la hausse des prix du logement et des aliments.

«L'invasion de l'Ukraine par la Russie à la fin du mois de février a continué d'influencer les prix de l'énergie, des produits de base et, tout particulièrement, des aliments. Le taux de chômage s'est établi à un creux record en avril, et un marché du travail vigoureux tend à exercer une pression à la hausse sur les prix», a notamment expliqué Statistique Canada pour expliquer la hausse de l’inflation.

Avec ce nouveau sommet, le Canada se rapproche d’une marque de 6,9 % d’inflation qui avait été établie en janvier 1991, il y a plus de trois décennies.

De son côté, le Québec, comme à son habitude depuis quelques mois, s’est accoté à la moyenne nationale en affichant lui aussi un taux d’inflation de 6,8 % sur 12 mois, en hausse de 0,1 point par rapport à mars.

Écoutez la chronique de Yves Daoust au micro de Richard Martineau tous les jours en balado ou en direct à 9h15 via l’app QUB et le site qub.ca: 

L’épicerie plus chère que jamais    

En excluant les fluctuations du coût de l’essence, le taux d’inflation s’est établi à 5,8 % en avril, contre 5,5 % en mars. «Il s'agit de l'augmentation la plus prononcée de l'agrégat spécial de l'IPC d'ensemble excluant l'essence depuis son introduction en 1999», a souligné Statistique Canada, confirmant ainsi que les prix des logements et des aliments qui s’envolent jouent un rôle majeur sur les pressions inflationnistes.

Il faut dire que selon les données de Statistique Canada, la facture d’épicerie était 9,7 % plus élevée en avril que 12 mois plus tôt.

«L'augmentation, qui dépasse les 5 % pour un cinquième mois consécutif, est la plus marquée depuis septembre 1981. Aux fins de comparaison, de 2010 à 2020, on a enregistré cinq mois d'augmentation de 5 % ou plus des prix des aliments achetés en magasin», s’est alarmée l’organisation fédérale.

Écoutez l'entrevue de Mario Dumont avec Miguel Ouellette sur QUB radio : ​

Aucune catégorie d’aliment n’échappe à l’inflation, mais ceux comprenant du blé sont particulièrement affectés en raison de la guerre en Ukraine. Ainsi, le pain (+12,2 %), les pâtes alimentaires (+19,6 %) et les produits céréaliers (+13,9 %) sont particulièrement affectés, bien que les fruits (+10 %), les légumes (+8,2 %) et la viande (+10,1 %) suivent non loin derrière.

En outre, le prix des loyers a poursuivi sa croissance, en hausse de 4,5 % sur 12 mois au pays et de 4,3 % au Québec.

De leur côté, les prix de l’essence n’ont pas autant influencé la hausse de l’Indice des prix à la consommation en avril qu’en mars, le montant déboursé à la pompe ayant légèrement fléchi en avril (-0.7 %), après une hausse de 11,8 % en mars.

«D'une année à l'autre, les consommateurs ont payé 36,3 % de plus pour l'essence en avril, comparativement à 39,8 % en mars», a souligné Statistique Canada.

Écoutez le tour des actualités d'Alexandre Dubé au micro de Benoît Dutrizac sur QUB Radio: 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.