/news/politics

Interdiction de Huawei: une «décision responsable», selon Trudeau

Le premier ministre Justin Trudeau a assuré que la décision de bannir le géant chinois des télécommunications Huawei est celle qu’il fallait prendre, au lendemain de l’annonce de son gouvernement qui était attendue depuis près de trois ans.

• À lire aussi: Une «décision politique regrettable», selon Huawei

• À lire aussi: La Chine condamne l'interdiction «sans fondement» de la 5G de Huawei au Canada

• À lire aussi: Bannir Huawei: la Chine risque de contre-attaquer

«C’est une décision responsable pour le Canada, c’est une décision qui protège les Canadiens, et c’est une décision avec laquelle on va aller de l’avant», a-t-il martelé en marge d’un point de presse tenu vendredi à Sept-Îles, sur la Côte-Nord.

Les ministres de l’Innovation, François-Philippe Champagne, et de la Sécurité publique, Marco Mendicino, avaient fait part jeudi de l’interdiction de Huawei et de ZTE du réseau 5G du Canada, au terme d’un examen approfondi des agences de sécurité.

«Ça fait longtemps que les gens se demandaient quand le Canada allait prendre cette décision. [...] On a passé un bon moment à étudier la situation et à regarder ce que nos alliés ont fait», a expliqué le premier ministre.

M. Trudeau est cependant resté assez évasif quant à la crainte de possibles répercussions de la Chine.

«Je pense que la Chine comme tous les différents pays vont comprendre à quel point chaque pays a le droit d’assurer la sécurité de ses citoyens», a-t-il réagi lorsqu’interrogé sur la question.

«On n’est pas les seuls, il y a beaucoup de nos partenaires alliés à travers le monde qui ont pris des décisions semblables, parce que la réalité c’est que dans une ère où l’on voit l’arrivée de la 5G, on sait à quel point les technologies vont devenir encore plus présentes dans nos vies de tous les jours», a-t-il ajouté.

De son côté, la Chine a critiqué cette annonce d’Ottawa, jugeant qu’il s’agissait d’une interdiction «sans fondement».

Le pays a affirmé qu’il prendrait «toutes les mesures nécessaires» pour défendre les entreprises chinoises, sans donner plus de précisions sur ces possibilités.

Rappelons que les relations entre la Chine et le Canada se sont détériorées après l’arrestation en décembre 2018 de la directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, lors d’une demande d’extradition des États-Unis.

La tension était montée d’un cran lorsque les deux Canadiens Michael Spavor et Michael Kovrig avaient été emprisonnés par la Chine.

– Avec l’AFP

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.