/finance/homepage

Les fruits et légumes du Québec vous coûteront plus cher cet été

L’inflation affecte le portefeuille de bien des manières et le prix des fruits et légumes ne fait pas exception, même ceux cultivés au Québec.

• À lire aussi: Les prix des véhicules d’occasion montent en flèche

• À lire aussi: Pénurie de main-d’œuvre: les éleveurs de porcs demandent à Québec et Ottawa d’agir

• À lire aussi: Inflation sur l’épicerie : voici 4 plantes délicieuses que l’on trouve en forêt

«Malheureusement, les producteurs maraîchers du Québec sont aux prises avec une augmentation des matières premières qui est totalement hors de contrôle actuellement. La situation est alarmante», a expliqué le directeur général de l’Association des producteurs maraîchers du Québec, Patrice Léger Bourgoin, en entrevue à l’émission «Le Bilan».

Ce dernier affirme que les prix du diésel et des engrais ont augmenté de 45% par rapport à l’an dernier. Les boîtes de carton nécessaires pour le transport des fruits et légumes ont connu une hausse de 65% depuis le début de la pandémie.

Le coût d’achat d’un tracteur a augmenté de 10 à 13% et les délais de livraison varient entre six mois et un an.

Selon M. Léger Bourgoin, la situation en Ukraine a contribué à accélérer la hausse des coûts de production, mais il ne s’agit pas du seul facteur. Il blâme aussi la délocalisation des usines d’engrais depuis deux décennies et l’inaction du gouvernement actuel.

Le président des États-Unis Joe Biden a récemment reconnu que son pays dépendait trop des autres nations pour les fruits et légumes. Il a donc fourni une aide substantielle aux producteurs maraîchers américains pour contrer l’inflation et leur permettre d’avoir des marges de profit raisonnables. 

«Pendant ce temps-là, ici, on ne cesse de supputer et de se demander comment on va fonctionner. Et pendant ce temps-là, les maraîchers commencent leur saison en situation de crise», clame Patrice Léger Bourgoin.

Celui-ci demande plus d’écoute de la part du gouvernement afin de trouver des programmes qui pourront véritablement aider les producteurs d’ici.

Mais même avec une aide importante, les conditions de travail et les règles environnementales du Canada, qui sont supérieures à plusieurs autres pays producteurs de fruits et légumes, font en sorte qu’il est très difficile d’égaler les prix de la compétition internationale, soutient M. Léger Bourgoin.

«Parfois, les produits québécois sont légèrement plus chers qu’un produit d’ailleurs, mais ils sont faits dans des conditions de travail beaucoup plus acceptables et dans des conditions environnementales qui répondent aux attentes sociétales des gens d’ici», mentionne-t-il.

Pour voir l’entrevue complète, visionnez la vidéo ci-haut.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.