/regional/sherbrooke/estrie

Sherbrooke: un autre immeuble du propriétaire de l'Hôtel Albert évacué

Deux semaines après que la Régie du bâtiment du Québec ait émis un avis d'évacuation concernant l'Hôtel Albert à Sherbrooke à cause des manquements à la sécurité, un immeuble appartenant au même propriétaire a été évacué dernièrement pour des raisons pareilles.

• À lire aussi: Sherbrooke: Les 25 résidents de l'hôtel Albert forcés d’évacuer

Les autorités ont procédé il y a deux mois à l'évacuation des quelques locataires qui logeaient au 163 King Ouest.

Le bâtiment présentait des lacunes concernant la sécurité. De passage sur place vendredi après-midi, TVA Nouvelles a aperçu un amas de matériel derrière l'édifice, une porte était ouverte sur un logement en désordre avec de la vitre cassée et des clous rouillés au sol. Cette propriété est voisine d'une école secondaire.

L'Hôtel Albert mis aux normes?  

Visés par un avis d’évacuation parce que l’immeuble a été jugé dangereux, les locataires de l’Hôtel Albert à Sherbrooke pourraient éviter de se retrouver à la rue. Des travaux d’amélioration ont été réalisés par le propriétaire cette semaine dans le but de mettre aux normes l’édifice.

En pleine crise du logement, 25 locataires risquent de se retrouver sans domicile si rien n’est fait. «Le principal objectif, c’est de rendre l’immeuble sécuritaire et de pouvoir maintenir les locataires à l’intérieur», affirme le directeur du Service incendie de Sherbrooke, Stéphane Simoneau.

La semaine dernière, TVA Nouvelles avait rendu visite à des locataires qui souhaitaient demeurer dans leur logement. Les images avaient révélé des détecteurs de fumées arrachés et des conditions insalubres. 

«Je suis entré à l’intérieur tout récemment et oui il y a eu des améliorations, note M. Simoneau. On est obligés de dire qu’il y a une collaboration du propriétaire. Le système d’alarme incendie a été remis en fonction et ça, c’est une avancée majeure. Il reste du travail à faire, par exemple, la reconstruction de murs coupe-feu et l’installation de certaines portes.»

Le dossier est pris en charge par la Table de concertation regroupant plusieurs organisations comme le CIUSSS de l’Estrie-CHUS et la Ville de Sherbrooke.

«On a une présence sur place plus régulière et on veut établir une relation avec les locataires pour qu’ils comprennent que ce qu’on fait, c’est pour leur sécurité.» 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.