/news/law

Steve Lévesque coupable de meurtre au second degré

Le jury a tranché vendredi soir dans le procès de Steve Lévesque, l'homme a été déclaré coupable du meurtre au second degré de Maxime Dugas-Lepage.

• À lire aussi: Le coup de feu est parti pendant qu’ils se chamaillaient

Les 12 membres du jury devaient choisir entre trois verdicts, soit meurtre au second degré, homicide involontaire coupable ou l’acquittement.

Vendredi soir, le verdict est tombé, Steve Lévesque a été déclaré coupable du meurtre au second degré de Maxime Dugas-Lepage.

Durant le procès, le jury a entendu deux versions du drame, celle de l’accusé et celle du témoin de la Couronne Mario Lafontaine.

Mario Lafontaine affirme que c’est Steve Lévesque qui a abattu Maxime Dugas-Lepage, alors que Steve Lévesque prétend plutôt que c’est la victime qui avait l’arme à feu et qu’en se défendant le coup est parti de façon accidentelle. Il plaide la légitime défense.

Les deux autres personnes qui étaient présentes lors du drame, soit Maxime Labrie et Carl Lévesque, tous deux accusés de complicité après le fait dans cette affaire, n’ont pas été appelés à la barre des témoins.

« C’est deux personnes ont été accusées pour complicité après le fait, il faut comprendre que dans le témoignage de Steve Lévesque, Mr Lévesque a témoigné que son frère était fidèle à lui et également Maxime Labrie, on a pris la décision de ne pas les mettre dans la boîte au niveau du ministère public, mais il n’a pas plus témoigné dans le cadre de la défense », a expliqué Maître Jérôme Simard.

Le procureur de la Couronne est confiant d’avoir démontré la culpabilité de Steve Lévesque.

«On est convaincu qu’on a fait une preuve hors de tout doute, si on n’avait pas été moralement convaincu d’être capable, on n’aurait pas fait le procès», a ajouté maître Simard.

L’avocat de la défense a démontré tout au long du procès que son client avait un lourd passé criminel, mais selon lui il était nécessaire de faire cette démonstration.

«Je pense que c’est important que le jury comprenne le contexte de l'événement, mon client ce n’était pas un enfant de chœur, mais la victime non plus, je pense, et les personnes qui étaient présentes non plus et le contexte était important à comprendre pour le jury», a affirmé l’avocat de Steve Lévesque, maître Pierre Lécuyer.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.