/news/politics

Protection des abeilles: le PQ veut interdire le glyphosate et les pesticides néonicotinoïdes

Afin de ralentir le taux de mortalité croissant des abeilles, le Parti Québécois (PQ) a suggéré samedi l’interdiction des pesticides néonicotinoïdes et du glyphosate, deux substances toxiques pour ces insectes. 

«Chaque année, on s’inquiète du nombre croissant d’abeilles à miel et d’abeilles indigènes qui meurent, et on le déplore; le Parti Québécois compte donc agir résolument pour protéger les abeilles, en interdisant, dans les 100 premiers jours de son mandat, les pesticides néonicotinoïdes et le glyphosate», a déclaré Paul St-Pierre Plamondon par voie de communiqué.

En plus de l’impact que peuvent avoir les produits chimiques sur les colonies d’abeilles, le PQ s’inquiète particulièrement d’un parasite particulièrement nuisible aux colonies, le varroa destructor.

«Nous en sommes au point où on doit parfois importer des abeilles; c’est un non-sens absolu! La solution se trouve donc également du côté du soutien aux apiculteurs. Nous joignons notre voix à la leur pour demander que leur soit accordée une aide d’urgence de 12 millions $ qui servira, surtout, à appuyer la recherche sur le varroa destructor et à augmenter le nombre d’abeilles partout au Québec», a de son côté réclamé la porte-parole du Parti Québécois en matière d’agriculture et d’alimentation, Méganne Perry Mélançon.

Le parti s’engage également à soutenir toutes les initiatives visant à préserver les essaims. «Nous nous engageons à appuyer tous les projets allant en ce sens, que ce soit en zone urbaine ou rurale, entre autres nous rembourserons la moitié des coûts liés à l’achat et à la mise en opération d’une ruche», a ajouté la députée de Gaspé.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.