/news/world/guerre-en-ukraine

Starbucks quitte définitivement la Russie

Starbucks, qui avait temporairement fermé les 130 établissements portant son nom en Russie après l'invasion de l'Ukraine, a annoncé lundi avoir pris la décision de quitter définitivement le pays, s'inscrivant ainsi dans le sillage d'autres multinationales comme McDonald's.

• À lire aussi: EN DIRECT | 89e jour de la guerre en Ukraine

La chaîne américaine avait ouvert son premier café en Russie en 2007 et y opérait via un partenaire, un groupe koweïtien, qui possédait et gérait les établissements sous licence.

«Nous condamnons les attaques non provoquées, injustes et horribles contre l'Ukraine par la Russie», avait écrit début mars le directeur général du groupe d'alors, Kevin Johnson, dans un message aux employés. Il avait indiqué quelques jours plus tard que son partenaire avait accepté de suspendre avec effet immédiat toutes ses opérations dans le pays.

Starbucks va continuer à payer les quelque 2000 employés travaillant en son nom pendant six mois, a souligné l'entreprise dans un message sur son site.

Elle n'a pas précisé l'impact financier de cette décision sur ses comptes. Lors d'une présentation en décembre 2010, des responsables de l'entreprise avaient inclus le pays dans la liste de marchés clés pour la croissance du groupe aux côtés notamment de la Chine, le Brésil et l'Inde.

Après le début de la guerre en Ukraine et l'imposition de sanctions économiques, les grandes entreprises occidentales se sont retrouvées sous une forte pression, pour prendre leur distance avec Moscou pour des raisons éthiques ou des difficultés à mener leurs activités.

Après plus de 30 ans de présence en Russie, près de 850 restaurants et 62 000 employés, McDonald's a ainsi annoncé mi-mai son départ définitif du pays et a revendu ses activités, mais pas le nom de la marque, à un homme d'affaires russe.

Le constructeur français Renault, leader dans le pays avec la marque Lada qu'il avait redressée, a aussi cédé ses actifs à l'État russe tandis que le géant pétrolier ExxonMobil a prévu de se retirer de son dernier grand projet dans le pays, Sakhalin-1.

Pour Neil Saunders, spécialiste du secteur de la distribution au sein du cabinet Global Data, la décision de Starbucks montre «que la Russie va de plus en plus devenir un paria commercial, les entreprises tournant le dos à un pays qui représente des choses auxquelles elles ne souhaitent pas être associées».

«D'autres (grandes marques) suivront», prédit-il dans une note. «Mais certains groupes de biens de consommations ou de vente au détail vont probablement rester car contrairement à Starbucks et McDonald's, ils ont une exposition et des intérêts assez importants en Russie», ajoute-t-il en mentionnant notamment les groupes de luxe.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.