/regional/saguenay

Crue printanière: l’heure est au ramassage au Lac-Saint-Jean

La crue printanière en a fait voir de toutes les couleurs aux résidents du Lac-Saint-Jean, particulièrement au cours de la fin de semaine dernière. Alors que le lac a atteint un niveau historique dimanche dernier, à près de 18 pieds et demi, son niveau a commencé à diminuer graduellement depuis lundi.

• À lire aussi: Le niveau du Lac-Saint-Jean est finalement à la baisse

• À lire aussi: La décrue des eaux commence au Lac-Saint-Jean

Même si les résidents sont soulagés d’avoir évité le pire, les dégâts sont importants pour plusieurs. Les résidents doivent maintenant s’affairer à ramasser les dégâts sur leur terrain.

Un travail de longue haleine les attend. C’est le cas pour les citoyens de la municipalité de Métabetchouan–Lac-à-la-Croix, qui s’affairaient aujourd’hui à nettoyer les nombreux débris en bordure des berges.

«En 2017, quand ça s’est produit, on a perdu notre plage, il faut calculer environ 30 pieds et plus. Ça a pris cinq ans pour qu’on se récupère et là, on a un autre cinq ans devant nous pour récupérer notre plage», a constaté un résident du secteur.

De son côté, la municipalité assure avoir un suivi constant avec Rio Tinto. Le maire André Fortin a mentionné que la Ville va maintenant s’affairer à réparer les dommages à la plage Le Rigolet, ainsi qu’au quai municipal. Il demande aux citoyens de signaler toute érosion au programme de stabilisation des berges. Pour le moment, une dizaine de signalements ont été reçus.

La saison touristique menacée? 

Le Lac-Saint-Jean est réputé pour ses plages, qui attirent de nombreux touristes chaque été. Est-ce que la situation actuelle aura un impact sur le tourisme? Le maire croit que tout sera rentré dans l'ordre d'ici le début de la saison estivale.

«On est encore en mai, on a le temps de reprendre le dessus. À la plage municipale, on va faire le ménage, tout va être à l’ordre. Au quai municipal aussi. Je suis à peu près sûr que toutes les municipalités vont faire la même chose que nous. On va s’arranger pour que le tourisme et que les citoyens puissent profiter des plages», a promis le maire Fortin.

Des dommages généralisés 

Les berges ont été endommagées tout autour du lac Saint-Jean, bien que des secteurs ont été plus impactés que d'autres. C'est le cas de Saint-Henri-de-Taillon, principalement dans les secteurs de la plage Wilson et du camping Belley. Le responsable de la plage souhaite d'ailleurs qu'une pelle mécanique vienne ramener le sable le long des berges afin de le préserver. La plage Wilson est considérée comme la plus belle plage de sable naturel de la région.

Du côté de la municipalité de Chambord, l'érosion a causé bien des dommages. Plus particulièrement dans le secteur du Domaine des Marais. Le maire souhaite obtenir l'aide de Rio Tinto pour préserver ce «joyau naturel».

Est-ce que le pire aurait pu être évité? 

Plusieurs citoyens s'insurgent de la situation et remettent en question la gestion de Rio Tinto quant au niveau du lac. Certains croient que la multinationale aurait pu prévoir davantage le risque.

De son côté, la ministre responsable de la région, Andrée Laforest, refuse de mettre le blâme sur l'entreprise pour le moment. Elle préfère donner foi à la position de Rio Tinto quant à la crue printanière exceptionnelle, qui a battu des records datant de 1928. Elle demande actuellement aux municipalités de lui fournir une liste des terrains et des quais qui ont été endommagés.

«Rio Tinto est vraiment sensible à toutes les demandes des citoyens et ne se cache pas du tout. Je prétends vraiment que Rio Tinto va collaborer avec les citoyens. Maintenant, s’il y a des besoins, moi, je serai là et je vais soutenir les citoyens avec les ministères concernés. Ça, ce n’est pas un problème», a rassuré Andrée Laforest, ministre responsable de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Pour sa part, Rio Tinto a commencé à survoler les berges en fin de semaine dernière pour mesurer l'ampleur des dégâts. La multinationale effectue des travaux chaque année sur les berges et se dit prête à en faire davantage, si nécessaire. L'entreprise se dit prête à collaborer et invite les citoyens à rapporter tous les secteurs problématiques.

«Les riverains peuvent nous signaler l’érosion sur le site web d’Énergie Électrique. Donc energie.riotinto.com. Et il y a un outil de demande en ligne sur la page du programme de stabilisation des berges. Les gens peuvent faire directement leur requête et on encourage les riverains à le faire», a expliqué une porte-parole de la multinationale, Malika Cherry.

Une rencontre aura lieu mercredi au cours de l'après-midi entre Rio Tinto et la sécurité civile pour faire le point.

Selon les prévisions de la multinationale, le lac devrait revenir sous les 16,5 pieds au cours de la fin de semaine prochaine. La situation demeure toutefois sensible en raison des conditions météorologiques. D'autres événements de pluie sont à prévoir, notamment de jeudi à samedi prochain.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.