/news/politics

Le PQ votera contre la réforme de la loi 101

Le Parti Québécois votera contre la réforme de la loi 101 lors de son adoption, prévue aujourd’hui ou demain, car le gouvernement Legault « induit la population en erreur » sur son impact pour renverser le déclin du français. 

Paul St-Pierre Plamondon s’est replongé dans les archives du débat sur la loi 22, sous Bourassa, avant de trancher.

• À lire aussi: Une manifestation force la fermeture du pont Honoré-Mercier

• À lire aussi: Projet de loi 96 : des manifestants affichent leur appui

• À lire aussi: Le projet de loi 96 aura des répercussions négatives sur le réseau de la santé, selon un groupe

« À titre de 10e chef de cette formation, j’ai eu le réflexe d’aller voir ce que mes prédécesseurs ont fait dans des circonstances similaires », confie-t-il. 

Tout comme les troupes de René Lévesque en 1974, les députés péquistes voteront contre le projet de loi 96 parce qu’ils le jugent trop peu ambitieux pour protéger le français.

« Si le Parti Québécois, en 1974, avait cautionné moralement le bill 22, on n’aurait probablement pas eu la loi 101 », affirme le chef péquiste. 

À l’époque comme aujourd’hui, ce projet de loi mécontentait autant les anglophones que les plus ardents nationalistes.

Les premiers dénonçaient les tests linguistiques imposés avant de permettre de fréquenter le réseau anglophone, une mesure insuffisante pour les seconds. 

Avec son projet de loi 96, le gouvernement Legault plafonnera notamment le nombre de places dans les cégeps anglophones, en plus d’imposer trois cours suivis en français ou trois cours de français langue seconde. 

Mais le PQ réclame carrément l’application de la loi 101 au niveau collégial, c’est-à-dire l’interdiction pour les francophones et allophones de fréquenter un cégep de langue anglaise. 

Écoutez l'entrevue avec Julius Gray, avocat et professeur québécois spécialisé dans les questions de libertés individuelles sur QUB radio:

« Nettement insuffisant »

En outre, la formation souverainiste demande que Québec mette fin au bilinguisme de certaines municipalités, exige une immigration économique 100 % francophone et fixe des cibles « objectives et mesurables » sur la situation du français. 

« Seule la CAQ considère que son projet de loi est costaud, alors que de l’avis des experts que j’ai moi-même vus défiler, il est nettement insuffisant », affirme le porte-parole péquiste en matière de langue française, Pascal Bérubé. 

Le PQ rejoindra donc les libéraux parmi les opposants au projet de loi 96, quoique pour des raisons diamétralement opposées.

Les troupes de Dominique Anglade jugent que la réforme va trop loin, entre autres en raison du gel des places dans les cégeps anglophones. 

Québec solidaire, de son côté, a annoncé son intention de voter en faveur de la pièce législative. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.