/finance/homepage

Pénurie de pharmaciens: la saison estivale s’annonce difficile dans les établissements de santé

La pénurie de pharmaciens dans les établissements de santé du Québec pourrait causer des réductions de services dans certains hôpitaux pendant la saison estivale.

Plus du quart des postes de pharmaciens dans les établissements de santé sont présentement vacants dans l'Est-du-Québec. À l’échelle de la province, selon les dernières données disponibles, plus de 280 postes sont vacants.

Avec la période des vacances à venir, en plus de manque de main-d’œuvre, plusieurs pharmaciens d'établissements sont absents pour cause de maladie.

Le taux de pénurie de pharmaciens d'établissements de santé s'élève à 29 % en Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et à 36 % sur la Côte-Nord.

Le recours au dépannage est plus difficile dans ce domaine.

L'Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec (APES) s'attend à des réductions de services dans certains hôpitaux avec la période des vacances et les différentes absences.

«Il y a des gens encore en absence maladie, il y a des gens qui ont été en surcharge aussi de travail, qui sont en absence aussi, pas parce qu’ils ont la COVID, mais parce qu’il y a eu un stress énorme pendant les deux dernières années. Donc, il y a moins d’effectifs disponibles. Il va y avoir des enjeux de pharmaciens qui seront réquisitionnés à deux places en même temps. Donc, ça va devenir extrêmement compliqué. Donc, oui on craint quand même qu’il doive y avoir une réduction des services, probablement assez importante dans certaines régions du Québec cet été», a expliqué la directrice générale de l’APES, Linda Vaillant.

Parmi les solutions mises de l'avant, l'augmentation du bassin de candidat à la maîtrise est notamment réclamée. Il faut ajouter deux ans supplémentaires au parcours académique pour être pharmacien d'établissement de santé.

«Maintenant, on a un peu plus d’intérêt, un peu plus de candidats, mais il faut encore une fois augmenter le bassin de candidats qu’on pourrait recevoir au programme de maîtrise pour avoir davantage de diplômés que l’on va amener dans le réseau de la santé», a ajouté Mme Vaillant.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.