/news/politics

Plus de 1000 aînés décédés à la suite d’une chute: Legault s’avoue «choqué»

Photo d'archives, Agence QMI

François Legault a été «choqué» de lire en page frontispice du Journal que plus d’un millier d’aînés ont perdu la vie depuis deux ans à la suite d’une chute dans un CHSLD ou une résidence pour personnes âgées. La solution, selon lui, passe notamment par les efforts de recrutement massifs déployés depuis la première vague. 

• À lire aussi: Plus de 1000 aînés morts d’une chute en deux ans, des accidents souvent évitables

De retour en chambre pour un dernier sprint de trois semaines avant la fin de la 42e législature, le chef parlementaire du Parti québécois, Joël Arseneau, a raconté que son café «est passé de travers», mardi matin, en apercevant la Une du Journal

«1027 personnes, c'est plus qu'un aîné par jour depuis deux ans. (...) Combien de chutes encore, combien de rapport du coroner avant que le gouvernement de la CAQ comprenne qu'il faut réinvestir dans les soins à domicile et permettre des ratios sécuritaires», a soulevé le porte-parole péquiste en matière de santé. 

«Moi aussi ça m'a choqué de voir ce matin autant de chutes qui se finissent mal», a rétorqué le premier ministre, en soulignant que 1,9 milliards $ ont été investis dans les soins et les services à domicile depuis quatre ans. 

Défi de main-d’œuvre

«Le défi, c'est de trouver du personnel», a signalé M. Legault. Depuis la première vague de la pandémie, 10 000 préposés ont été recrutés, des primes ont été offertes pour ramener des infirmières dans le réseau et une campagne pour en former davantage a été lancée. 

«Mais il y a un minimum de trois ans pour former une infirmière dans nos cégeps», a rappelé le chef caquiste. 

Selon lui, la nomination d’une personne responsable dans chaque CHSLD et la construction de Maisons des aînés permettront aussi d’améliorer les choses. 

La ministre des Aînés, Marguerite Blais, a abondé en ce sens. 

«C’est troublant», a commenté Mme Blais, en réagissant au reportage du Journal

«De plus petits milieux, ça va être beaucoup plus facile pour être en mesure d’offrir les soins et de surveiller comment les gens vont pouvoir se déplacer», croit Mme Blais. 

«Mais il y aura toujours des chutes, a prévenu la ministre. Il faut que la sécurité fasse partie de la solution.» 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.