/regional/sherbrooke/estrie

L’adoption de la loi 96 soulève les passions à Sherbrooke

Des commerçants et des citoyens de l’arrondissement de Lennoxville, qui héberge la communauté anglophone de Sherbrooke, en avant long à dire mercredi, au lendemain de l’adoption de la loi 96 sur la langue française.

• À lire aussi: Laïcité: Legault outré par l’intervention du gouvernement Trudeau

• À lire aussi: Loi 21 et loi 96 : «On se dirige vers un Meech deux»

Cette loi, qui prévoit une «nette prédominance» du français en matière d’affichage, est loin de réjouir toute la communauté.«C’est inacceptable. Ça devrait être égal», a mentionné une anglophone rencontrée par TVA Nouvelles qui maîtrise très bien le français.

«Je ne parle pas français et j’arrive à très bien vivre ici», a ajouté une femme.Chez des commerçants, les questions restent en suspens. Jusqu’où devront-ils retirer l’anglais et à quel point le français devra-t-il être présent dans l’affichage ?«Je ne suis pas nécessairement pour forcer les gens, mais en même temps, quand on voyage au Canada, ce serait bien pour les francophones d’être servis dans leur langue», dit le propriétaire de la pizzéria Brad’s Gourmet, Brad Laurie. 

L’entreprise familiale offre depuis plusieurs années un service dans les deux langues, en français et en anglais, en plus d’ajuster le menu pour les clients francophones.

«Je ne sais pas qu’est-ce que ça va faire. Ici, en Estrie, la plupart des gens sont bilingues, donc on va faire ce qu’il faut faire pour respecter les consignes», a affirmé la propriétaire d’un centre de tatouages, Crystal Desindes.

Statut «bilingue» précaire  

L’adoption de cette loi risque de faire perdre le statut bilingue à Lennoxville, qu’elle obtenait régulièrement depuis les dernières années. Pour qu’un endroit soit considéré «bilingue», sa population anglophone doit dépasser 50 % lors des recensements du gouvernement aux cinq ans. 

Mais dans les dernières années, le taux de bilinguisme a chuté, atteignant 43 %.

«Le gros morceau, c’est le fait qu’on perd automatiquement notre statut "bilingue". Et il faut refaire la demande. Donc il y a un risque à long terme», a rappelé le président de l’arrondissement de Lennoxville, Claude Charron.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.