/news/world/guerre-en-ukraine

Montréal veut encadrer l’accueil des réfugiés ukrainiens

passenger In the Malaysia airport

06photo - stock.adobe.com

Dans ce qu’elle qualifie de «première au Canada» la Ville de Montréal met en place un processus d’encadrement pour baliser l’offre d’hébergement des familles de réfugiés, qui passera notamment par un processus de vérification des antécédents judiciaires.

• À lire aussi: Un nouveau permis de travail pour les immigrants québécois

• À lire aussi: Toujours difficile pour les Ukrainiens d'arriver au Canada, juge un Drummondvillois

• À lire aussi: EN DIRECT | 91e journée de guerre en Ukraine

Depuis le début de la guerre en Ukraine, près de 400 personnes se sont manifestées pour accueillir des réfugiés.

«Actuellement, il y a des ressortissants ukrainiens qui rentrent directement en contact avec des offrants via les réseaux sociaux, avec tout ce que ça peut impliquer et engendrer», a rappelé Nadia Bastien, directrice au Service de la diversité et de l’inclusion sociale à la Ville.

Elle estime que le nouvel outil de gestion des offres citoyennes permettra de garantir davantage de sécurité aux réfugiés.

Les familles d’accueil devront, dans un premier temps, indiquer la grandeur des lieux dont ils disposent et le nombre de chambres disponibles. Les offres seront ensuite priorisées selon certains critères, dont la gratuité, la durée du bail, d’un minimum de trois mois, et l’accès au logement complet, avant que les familles ne soient soumises au processus de vérification des antécédents judiciaires.

«On sait que parfois quand une crise survient, ils ont des élans de générosité», a rappelé Jessica Lagacé Banville, cheffe de section au Bureau d'intégration des nouveaux arrivants (BINAM). «Le formulaire est relativement exhaustif, on pense que les personnes qui ne sont pas sérieuses vont rapidement se décourager.»

La qualification et le jumelage entre les réfugiés et les familles d’accueil seront ensuite effectués par 23 organismes d’accueil reconnus qui auront accès à la base de données de la Ville.

«Ils vont à leur tour recontacter ces offrants pour confirmer leur intérêt, valider leur motivation et les sensibiliser aux implications d’accueillir ces ressortissants», a expliqué Mme Bastien.

Le nouvel outil mis en place devrait pouvoir servir dans d’autres crises migratoires futures, selon la Ville.

À Montréal, environ 300 réfugiés devraient arriver le 29 mai prochain, par vol nolisé.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.