/news/society

Un niveau «alarmant» de stress chez les journalistes canadiens

Les journalistes canadiens feraient face à des niveaux de stress et d’anxiété «alarmants» en raison de traumatismes liés à leur travail, une situation qui aurait empiré depuis la pandémie de COVID-19, selon un nouveau rapport.

«Nos conclusions ont confirmé nos pires craintes au sujet de notre industrie», a déclaré mercredi en point de presse Matthew Pearson, professeur adjoint à l’Université de Carleton.

Près de 69 % des répondants ont ainsi indiqué qu’ils souffraient d’anxiété, quand 46 % ont mentionné qu’ils étaient confrontés à des problèmes de dépression, un taux qui est 10 fois supérieur à celui de la population canadienne en général.

Plus de la moitié des personnes sondées ont aussi affirmé qu’elles avaient été victimes de harcèlement et de menaces en ligne, contre 35 % qui ont déclaré avoir été la cible de harcèlement sur le terrain.

AFP

«Avant même la pandémie, les professionnels des médias étaient déjà aux prises avec une augmentation du harcèlement, des confrontations et des abus en ligne. La COVID-19 n’a fait qu’empirer les choses, en transformant les professionnels des médias en cibles de la frustration du public face aux diverses mesures de sécurité liées à la pandémie. Cette situation a atteint son paroxysme lors du «convoi de la liberté» et des blocages du début de l’année 2022», est-il possible de lire dans le rapport.

Et les sujets des reportages, qui peuvent parfois être traumatisants, ont une incidence sur la santé mentale des journalistes. Près de 10 % des répondants ont soutenu qu’ils ont eu des pensées suicidaires en raison d’un sujet traité.

Le rapport vient également avec des recommandations pour améliorer le climat de travail, en suggérant notamment d’élaborer des plans post-pandémie, de lancer des programmes de soutien par les pairs et d’éduquer, ainsi que former, les jeunes professionnels sur ces impacts dès les écoles de journalisme.

Menée par le Forum des journalistes canadiens sur la violence et le traumatisme, l’étude s’est penchée sur la santé mentale des professionnels des médias, en interrogeant près de 1444 journalistes entre le 1er novembre et le 18 décembre 2021.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.