/news/politics

«J’ai l’impression que M. Dubé a voulu faire un forcing»

Le choix du ministre de la Santé, Christian Dubé, de faire passer son projet de loi visant à élargir l’aide médicale à mourir sans inclure les personnes souffrantes de troubles mentaux a fait réagir Régine Laurent.

• À lire aussi: La loi sur l’aide médicale à mourir pas adaptée en cas de démence

• À lire aussi: Aide médicale à mourir et santé mentale: des experts se prononcent

• À lire aussi: Poursuivre son combat pour choisir le moment où terminer ses souffrances

«Ce projet de loi vient du rapport d’une commission qui a été mis en place avec tous les partis à l’Assemblée nationale», a-t-elle rappelé.

«J’ai l’impression que M. Dubé a voulu faire un forcing en disant « dans les autres provinces ils sont déjà inclus», et il a donc voulu les inclure en même temps, même si ça ne faisait pas partie du rapport de la commission», a ajouté Régine.

Cependant l’infirmière n’achète pas l’argument du manque de temps utilisé par le ministre, et considère qu’il aurait été tout à fait possible de prendre un peu plus de temps pour inclure le cas des personnes souffrantes de troubles mentaux. C’est selon elle plutôt un manque d’unité face à cette mesure dans les différents caucus qui a causé ce changement.

«Ils auraient pu prendre plus de temps, rencontrer des gens qui viennent leur parler de leur souffrance», «ça n’est pas une priorité pour tout le monde à l’Assemblée nationale qu’on puisse y arriver».

Voyez l’intégralité du billet de Régine dans la vidéo ci-dessus.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.