/news/society

L’accès aux hormones bio-identiques salué par des professionnels de la santé

Après des années de combat, les hormones bio-identiques pour le traitement des symptômes de la ménopause sont désormais remboursées par le régime d'assurance médicaments (RAMQ), une excellente nouvelle selon les professionnels de la santé.

• À lire aussi: Ménopause: l’accès aux hormones bio-identiques élargi

La directrice du centre de santé des femmes de Trois-Rivières, Pascale Dupuis, s’est réjouie de cette décision puisque les coûts reliés à l'estradiol-17B et la progestérone micronisée étaient importants.

Elle croit que cet enjeu va au-delà des considérations monétaires. « C'est d'être entendue, d'être crue, d'être validée dans ce qu'on vit pour que le professionnel qui a toute l'information puisse nous accompagner dans le meilleur choix pour nous», énumère Mme Dupuis.

Véronique Larouche est infirmière clinicienne. Elle a fondé E-lyv Hormonothérapie. Depuis quelques mois, les demandes à sa clinique ont explosé. Et celles qu'elle rencontre sont souvent mal en point. « Souvent les femmes sont fâchées, ont beaucoup de peine, se sentent incomprises. Elles arrivent avec un bagage et elles se sentent mal, se sentent coupables. Elles ont peur d'en parler à leur médecin. Elles ont déjà essayé et ont eu des refus », rapporte l'infirmière.

Pour le docteur Jean-Philippe Blais, qui collabore à la clinique E-Liv, l'accès aux hormones bio-identiques est un pas qui aurait dû être franchi en 2002. À cette époque, une étude de la Women's Health Initiative (WHI) concluait à un risque accru de cancer du sein avec l'hormonothérapie traditionnelle. « On parle de 0,8 femmes sur 1000 qui avaient développé un cancer du sein. On en a 999 non traités pour ces conditions-là. »

Par contre, davantage de suivis en hormonothérapie pourrait mettre de la pression sur des médecins déjà surchargés. En ce sens, le modèle de la clinique E-liv est un exemple novateur. Véronique Larouche mise sur la pleine occupation du champ de pratique de l'infirmière. « L'infirmière fait le maximum de ce qu'elle peut faire et elle va au médecin quand elle est rendue à aller chez le médecin. Et les patientes, quand elles arrivent chez le médecin, elles sont prêtes. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.