/news/culture

«Top Gun: Maverick»: Top Cruise

0519 WE - top gun : maverick

Photo courtoisie

Au royaume des suites, Tom Cruise règne désormais en maître.

• À lire aussi: «Top Gun» de retour 36 ans plus tard

• À lire aussi: Tom Cruise dévoile la suite de «Top Gun» en équilibre sur un avion en vol

«Top Gun», c’est le film iconique des années 1980, la chanson oscarisée «Take My Breath Away» écrite par Giorgio Moroder et interprétée par Berlin, c’est Kelly McGillis, Val Kilmer et c’est, bien sûr, le long métrage qui a propulsé Tom Cruise dans la stratosphère hollywoodienne.

«Top Gun», c’est le film iconique des années 1980, la chanson oscarisée «Take My Breath Away» écrite par Giorgio Moroder et interprétée par Berlin, c’est Kelly McGillis, Val Kilmer et c’est, bien sûr, le long métrage qui a propulsé Tom Cruise dans la stratosphère hollywoodienne.

Habilement pensé, scénarisé et mis en image, «Top Gun: Maverick» mélange intelligemment nostalgie, cascades aériennes à couper le souffle – ainsi que le suspense qui va avec – et sympathique histoires d’amour et de rivalité.

La nostalgie est assumée et assurée dès les premières images. Vieilles photos de Goose (Anthony Edwards) et de Carole (Meg Ryan), moto, blouson en cuir, notes de la musique thème, etc. Pas de doute, Tom Cruise, le producteur, l’acteur et le cascadeur est là pour s’amuser, pour nous en donner pour notre argent, sans jamais se prendre au sérieux. Cruise est bon et il le sait, son assurance joviale garantissant notre adhésion à cette superproduction sous adrénaline et testostérones – la présence d’une femme pilote servant à calmer les critiques qui n’auraient pas manqué de souligner une telle absence et qui fait également vaguement écho au rôle de Kelly McGillis dans l’opus de 1986.

Le scénario de Ehren Kruger (plusieurs «Transformers»), Eric Warren Singer («Arnaque américaine») et Christopher McQuarrie (réalisateur et scénariste de bon nombre des «Mission: Impossible») est satisfaisant de simplicité et nul besoin d’avoir vu le premier volet pour apprécier ce «Maverick» sensationnel. Pete Mitchell (Tom Cruise) mène désormais une existence solitaire dans le désert de Mojave, le souvenir de Goose étant omniprésent, lorsque son vieil ami l’amiral Kazansky alias Iceman (Val Kilmer dont les scènes sont chargées d’émotion, l’acteur ne pouvant plus parler normalement depuis son cancer de la gorge) l’envoie en mission. En parallèle, Pete retrouve également Penny (Jennifer Connelly), une vieille flamme.

Il revient à Maverick de former un groupe d’excellents pilotes afin d’assurer la destruction d’un complexe d’enrichissement d’uranium en pays ennemi (lequel État n’est jamais mentionné, mais compte tenu de la présence de neige, on se doute qu’il s’agit de la Russie). Difficulté émotive supplémentaire, Rooster (Miles Teller), le fils de Goose, fait partie des sélectionnés.

La réalisation de Joseph Kosinski (l’esthétiquement impeccable «L'Oubli», également avec Tom Cruise) est nerveuse sans pour autant de nature à empêcher les spectateurs d’admirer les scènes aériennes dont la maestria impressionne d’autant plus que les acteurs pilotent eux-mêmes les avions de chasse à la demande de Cruise.

Toute l’équipe – on se doute bien que Tom Cruise a supervisé le tout avec Jerry Bruckheimer – s’attache à maintenir un équilibre entre scènes d’action aériennes et moments dramatiques, entre humour potache et nostalgie de bon aloi – la scène dans laquelle Rooster interprète «Great Ball of Fire» au piano est impeccable – et entre spectacle à grand déploiement et séquences plus intimistes. En un mot, on est repu. Et pleinement satisfait.

Note: 4 sur 5

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.