/sports/homepage

Une opération à faire frémir les médecins

Jonathan Bernier revient de loin. 

En entrevue avec Jean-Charles Lajoie, jeudi, le gardien des Devils a accepté de revenir en détails sur son opération à la hanche qui lui a fait manquer pratiquement toute la saison 2021-2022.

• À lire aussi: Équipe Canada junior au cœur d’allégations d’agressions sexuelles multiples

• À lire aussi: Jaromir Jagr frappé par un tramway

• À lire aussi: «Ça me faisait très peur» - Patrick Roy

«C'était une opération qui prend entre une heure ou une heure 30 minutes et ça lui a pris trois heures et 20 minutes refaire ma hanche. Il y avait beacoup de dommages qu'ils n'avaient pas pu voir pendant les radiographies. Quand je me suis réveillé, il m'a dit que ça faisait 15 ou 20 ans qu'il n'avait pas vu une hanche aussi maganée que ça.» 

Bernier a avoué avoir trouvé la situation très difficile, mais il est d'avis que c'était la meilleure chose à faire pour la suite de sa carrière.

«C'était une année très difficile. Quand tu signes un nouveau contrat dans une nouvelle ville et avec une nouvelle équipe, ce n'était vraiment pas ce que j'avais en tête. C'est arrivé pendant le camp d'entraînement et je n'ai pas été capable de revenir de cette blessure. Avec la direction des Devils, on a décidé que c'était la meilleure décision pour moi d'avoir l'opération.»

Le Québécois se sentait également impuissant à un certain moment de la saison alors que les Devils avaient toutes sortes de problèmes devant les filets.

«Ce n'était pas facile de voir l'équipe être un peu laissée de côté avec les gardiens. Nous étions sensés pouvoir les aider, mais moi et Mackenzie Blackwood n'étions pas là. J'espère que l'année prochaine, on va avoir des meilleurs résultats et qu'on va commencer de la bonne façon.»

Bernier se montre toutefois optimiste pour l'avenir, lui qui a été vraiment impressionné par l'éclosion de Jack Hughes.

«Je pense que les joueurs qui prennent un peu plus de temps à se développer sont habitués d'avoir de l'espace sur la glace. Des joueurs comme Patrick Kane et Jack Hughes ont une vision exceptionnelle et des mains. Quand ils montent dans la LNH, ils ont moins d'espace. Mais là on voit qu'il commence à se faire respecter et qu'il a un peu plus de temps. J'ai été extrêmement impressionné. C'était une grosse année pour lui et je pense que lui et l'équipe avaient besoin de ça.»

Voyez l'entrevue dans la vidéo ci-dessus.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.