/news/society

Entente de principe adoptée pour les éducatrices en CPE de Montréal et Laval

Capture d'écran, TVA Nouvelles

Après de longues négociations, les travailleuses des centres de la petite enfance (CPE) de Montréal et Laval ont conclu une entente de principe.

• À lire aussi: Places en garderie: un nouveau CPE exclusif aux ambulanciers de la Mauricie

• À lire aussi: Les CPE n’ont rien à envier aux maternelles 4 ans, dit Lacombe

• À lire aussi: Places en CPE: Mathieu Lacombe défend son bilan

L’entente de principe intervenue le 28 avril dernier entre le Syndicat des travailleuses(eurs) des Centres de la petite enfance de Montréal et Laval (STCPEML) et l’Association patronale nationale des centres de la petite enfance (APNCPE) a été adoptée à majorité (96 %) dans la journée de jeudi.

Les négociations entre les deux parties étaient ardues, si bien que les ministères de la Famille et du Travail ont dû intervenir afin que l’APNCPE accepte les demandes syndicales, soit l’intégration de l’entente nationale et le statu quo de la convention collective actuellement en vigueur.

Ainsi, les éducatrices de Montréal et Laval pourront maintenir «leur période de repos déjà en place dans leur milieu de travail, la participation à la saine application de la pédagogie et aux décisions touchant l'organisation de la vie quotidienne dans leur groupe d'enfants et la conciliation travail-famille par le maintien d'horaires stables». 

Ceci s’ajoute au rattrapage salarial de 18% obtenu à l'échelle nationale après 18 jours de grève à l’automne 2021.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.