/regional/sherbrooke/centreduquebec

Nicolet: deux hommes ont comparu pour outrage à un cadavre

Un père et un fils ont comparu pour outrage à un cadavre retrouvé jeudi à Nicolet, dans le Centre-du-Québec, mais d’autres accusations pourraient suivre.

• À lire aussi: Un corps découvert à Nicolet

Le cadavre était vraisemblablement enterré dans la cour arrière d’une maison de la rue Monseigneur-Courchesne.

Deux personnes ont été arrêtées : Pascal Martel, 48 ans et son fils Jason Martel, 24 ans. Ils font face à des accusations d’outrage au cadavre. Selon la dénonciation déposée au palais de justice, les faits reprochés se seraient produits autour du 1er avril dernier.

Les policiers ont confirmé qu’une enquête était en cours et qu’un mandat d’arrestation avait été lancé contre Pascal Martel. 

Les policiers se sont donc rendus chez lui dans le cadre d’une enquête. Ce qu’ils ont vu sur place les a poussés à appeler le Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale. 

Un corps a finalement été retrouvé au cours de la nuit et tout porte à croire qu’il était enterré dans la cour arrière. Vendredi, un immense trou était d’ailleurs visible dans la cour.

Difficile de savoir cependant ce qui s’est véritablement passé. Les policiers refusent même de dévoiler l’identité de la victime. La rumeur veut cependant que ce soit un homme, possiblement déficient intellectuel, que personne n’a vu depuis un certain temps.

La Couronne s’est opposée à la remise en liberté des deux hommes. 

Pascal Martel possède d’ailleurs un dossier judiciaire bien rempli, notamment en matière de stupéfiants et de violence. 

Il reviendra en cour le 2 juin pour son enquête sur remise en liberté. Son fils, Jason, n’avait jusqu’à aujourd’hui aucun antécédent judiciaire. Il reviendra en cour le 1er juin.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.