/news/world

Sommet du G7 sur l’environnement: le Canada tente de se positionner comme chef de file

Photo Stevens LeBlanc

Le Canada a essayé de s’imposer en exemple lors des négociations entre les différents pays du G7 concernant les enjeux liés à la sécurité énergétique, lors d’une rencontre qui s’est tenue sous le prisme de la guerre en Ukraine.

• À lire aussi: Le G7 s'engage à cesser les subventions aux énergies fossiles à l'étranger «d'ici fin 2022»

Les ministres responsables du climat, de l’énergie et de l’environnement de ces pays se sont rencontrés lors d’un sommet à Berlin qui a pris fin vendredi avec la publication d’engagements qui «vont plus loin» que ceux de l’an passé, selon le ministre Steven Guilbeault.

«C’est vraiment encourageant d’entendre nos homologues s’accorder sur le fait que la sécurité énergétique et la lutte contre les changements climatiques sont des objectifs qui se renforcent mutuellement», a indiqué le ministre de l’Environnement et du Changement climatique, lors d’un point de presse.

Dans les principales avancées, le ministre a noté l’élimination progressive de la production d’électricité au charbon et la décarbonisation des réseaux électriques d’ici 2035, des initiatives qui ont déjà été amorcées au Canada.

Sujet régulièrement abordé au Canada, le financement international des projets de combustibles fossiles devrait avoir lieu d’ici la fin de l’année 2022 et celui des subventions nationales d’ici 2025.

Si le Canada a promis d’atteindre cet objectif en 2023, tous les pays n’ont cependant pas suivi.

«Le Canada a fortement appuyé l’élimination du financement international des combustibles fossiles d’ici la fin de cette année», a soutenu M. Guilbeault.

«[Mais] certains pays ont besoin de plus de temps avant de mettre en place des mesures de transition.»

Le conflit en Ukraine était aussi au cœur des préoccupations, le Canada s’étant engagé à aider les pays européens à réduire leur dépendance à l’énergie russe en important de l’hydrogène.

«L’invasion russe provoquée et injustifiable de l’Ukraine a fondamentalement modifié le paysage énergétique mondial. Le Canada est déterminé à aider ses alliés à réduire leur dépendance à l’égard de la Russie», a affirmé le ministre des Ressources naturelles, Jonathan Wilkinson, aussi présent au sommet.

Ces questions seront de nouveau abordées lors du Sommet de l’Accord économique et commercial global sur les technologies propres, la COP15 de la Convention sur la diversité biologique et la COP27 de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques qui doivent se tenir au cours des prochains mois.

«Nous ne pouvons pas sacrifier la lutte contre les changements climatiques au nom de la sécurité énergétique», a fait valoir le ministre Guilbeault.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.