/news/world

Tuerie d’Uvalde: armé du fusil de son barbier, il sauve des douzaines d’élèves

Un agent des douanes américaines qui n’était pas en fonction au moment de la tuerie d’Uvalde, au Texas, s’est précipité à l’intérieur de l’école primaire, armé du fusil de son barbier et a pu sauver des douzaines d’enfants. 

• À lire aussi: Le récit de la tuerie d’Uvalde minute par minute

• À lire aussi: Les policiers d'Uvalde ont attendu du renfort... et des clés

• À lire aussi: Convention du principal lobby pro-armes, trois jours après la fusillade à Uvalde

Jacob Albarado venait de s’asseoir pour se faire couper les cheveux lorsqu’il a reçu un message inquiétant de sa femme, une enseignant de quatrième année à l’école primaire Robb, a-t-il raconté au New York Times

«Il y a un tireur», «À l’aide», «Je t’aime», a-t-elle envoyé par message texte, rapporte le média new-yorkais.

L’homme s’est immédiatement levé de son siège, a attrapé le fusil à pompe de son barbier et s’est précipité en direction de l’école. 

La fille de Jacob Albarado, qui est en deuxième année, était embarrée dans une salle de bain tandis que sa femme était cachée sous un bureau avec ses élèves, rapporte le New York Times.

Gracieuseté Facebook/Tricia P. Albarado

 

Lorsque l’homme est arrivé à l’école, une équipe tactique se préparait à entrer dans l’école. 

Désespéré de faire sortir sa femme et sa fille de l’école, Jacob Albarado s’est entendu avec d’autres policiers pour essayer d’entrer dans l’école et évacuer le plus d’élèves possible. 

Selon ce qu’il a dit au New York Times, il est entré dans l’aile de l’école dans laquelle sa fille se trouvait et s’est mis pour la chercher. 

Au fur et à mesure qu’il avançait, il évacuait les classes sur son chemin. 

Deux policiers, qui avaient leur fusil dégainé, assuraient la couverture de l’évacuation pendant que deux autres guidaient les enfants «hystériques» et les professeurs à l’extérieur, a décrit le héros. 

Lorsqu’il a trouvé sa fille de huit ans, il l’a enlacée, mais il a continué d’avancer pour permettre à plus d’enfants d’être en sécurité. 

«J’ai fait ce que j’ai été entraîné à faire», a-t-il mentionné au New York Times

Gracieuseté Facebook/Tricia P. Albarado

Dans une publication Facebook qu’il a faite peu après minuit, mercredi matin, Jacob Albarado a soutenu qu’une amie de sa fille était parmi les 19 élèves qui ont été tués. 

«Je suis tellement fâché, attristé et reconnaissant à la fois. Seul le temps va guérir leur douleur et, je l’espère, des changements seront faits dans toutes les écoles des États-Unis et les professeurs seront entraînés et autorisés à porter une arme pour se protéger et protéger leurs élèves», a-t-il écrit dans la publication relatée par le New York Post.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.