/news/politics

Au neutre dans les sondages: les nouveaux candidats feront la différence, croit Gabriel Nadeau-Dubois

Au neutre dans les sondages depuis quatre ans, Québec solidaire compte sur un certain renouveau parmi ses candidats pour lui permettre de faire des gains aux élections du 3 octobre prochain.  

• À lire aussi: Un congrès de la CAQ sous haute surveillance à Drummondville

• À lire aussi: Sondage Léger: La CAQ reprend le terrain perdu, la menace Duhaime s'intensifie

• À lire aussi: Sondage Léger: le bilan environnemental déçoit

La formation de gauche n’avait pas de quoi se réjouir, samedi, à l’ouverture de son dernier conseil national avant la campagne électorale : en quatre ans, les appuis au parti ont reculé de 3%, selon le plus récent sondage Léger-Le Journal-TVA-Qub.  

Malgré tout, ses élus se sont montrés optimistes, rappelant qu’ils ont fait mentir les pronostics en 2018.  

Pour son chef parlementaire, les candidats de la formation permettront de faire bouger l’aiguille au moment du scrutin. Gabriel Nadeau-Dubois estime que son parti a « réuni la meilleure équipe de candidatures » de son histoire, qui allie des militants de longue date et de nouveaux visages.  

Ces derniers, « nous permettent d’élargir l’électorat et de parler à des gens dont c’est un de nos défis de leur parler ». « Pour grandir, il faut élargir l’électorat. Et pour élargir l’électorat, faut élargir l’équipe. C’est ce qu’on a fait et c’est cette équipe-là qu’on va présenter en fin de semaine aux militants, militantes », a-t-il ajouté.   

La formation a notamment recruté la médecin spécialiste Mélissa Généreux, dans St-François, et l’avocat spécialisé en immigration Guillaume Cliche-Rivard, dans Verdun.  

Québec solidaire présentera également dimanche une candidature qui suscite beaucoup d’enthousiasme parmi ses rangs.  

Malaise sur la réforme de la loi 101   

D’entrée de jeu, samedi matin, l’aile parlementaire de QS a voulu dissiper un malaise parmi ses militants au sujet de son appui à la réforme de la loi 101.  

Le parti a voté en faveur du projet de loi 96 du gouvernement Legault, malgré ses critiques. Il déplore que l’État doive s’adresser aux nouveaux arrivants en français six mois après leur arrivée. De plus, QS dénonce le refus du gouvernement Legault d’exempter les premières nations de son application.  

Une motion défendue par Gabriel Nadeau-Dubois est venue réitérer qu’un gouvernement solidaire viendrait corriger ces éléments contestés. QS fait valoir que le projet de loi contient aussi des avancées pour la défense du français.  

Après un court débat qui n’a pas soulevé les passions, les délégués présents ont voté massivement en faveur de la motion, en appui à la position de l’aile parlementaire.  

Les travaux du Conseil national se poursuivent toute la journée samedi à la Maison théâtre, à Montréal. L’événement réunit quelque 350 personnes, ce qui inclut les délégués, mais également de nombreux futurs candidats, à titre d’observateurs.  

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.