/news/politics

Environnement: Legault surpris du taux d’insatisfaction

Le premier ministre François Legault est surpris du niveau d’insatisfaction des Québécois face au bilan environnemental de son gouvernement, une situation qui s’explique entre autres, selon lui, par la place qu’a occupée la pandémie depuis deux ans. 

• À lire aussi: Sondage Léger: le bilan environnemental déçoit

• À lire aussi: Un congrès de la CAQ sous haute surveillance à Drummondville

Un nouveau sondage Léger publié dans nos pages samedi révèle qu’un électeur sur deux est insatisfait du bilan environnemental du gouvernement Legault. 

Les électeurs de la Coalition avenir Québec critiquent eux aussi le bilan de leur gouvernement en cette matière : le quart d’entre eux s'avoue insatisfait. 

« C'est un peu surprenant », a réagi le chef caquiste François Legault, samedi matin, à son arrivée au congrès national de son parti, qui se tient à Drummondville ce weekend, sous haute sécurité policière.

« C'est sûr que (depuis deux ans) la pandémie a pris beaucoup de place », a observé M. Legault.

Pourtant, selon lui, « les résultats sont là » en ce qui a trait aux gestes posés par son gouvernement sur le plan environnemental. Il pointe à titre exemple le contrat historique conclut par Hydro-Québec, qui permettra d’alimenter New York en hydroélectricité et les « commandes records d'autobus électriques » comme ceux de Lion Électrique. 

Un défi de communication   

« C’est une question de perception. De façon concrète, si on regarde le résultat, si on regarde le bilan, on a toutes les raisons d’être très fiers de ce bilan-là », a indiqué dans le même sens le ministre de l’Environnement, Benoit Charette.

« On a une campagne électorale qui va nous aider à parler de ce bilan-là », a dit le ministre Charette, en faisant valoir que le budget de son ministère a doublé depuis l’arrivée de la CAQ au pouvoir.

« Il y a certainement des efforts de communication à faire », a commenté à son tour la vice-première ministre Geneviève Guilbault, en soulignant que la CAQ aura de nouvelles propositions à faire pendant la campagne électorale. 

« C’est sûr qu’il faut toujours en faire plus en environnement, reconnait la députée de Louis-Hébert. Il n’y a personne en 2022, sauf peut-être un groupuscule de climatosceptiques, qui ne pensent pas qu’il faut en faire plus pour lutter contre les changements climatiques. » 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.