/news/politics

Sondage Léger: le bilan environnemental déçoit

Une majorité de Québécois est d’accord pour investir dans de nouvelles infrastructures routières, même si près d’un électeur sur deux se dit insatisfait du bilan du gouvernement Legault en environnement, selon le dernier sondage Léger–Le Journal–TVA–QUB. 

• À lire aussi: Sondage Léger: La CAQ reprend le terrain perdu, la menace Duhaime s'intensifie

L’insatisfaction d’une majorité d’électeurs sur la question environnementale ne signifie pas pour autant que François Legault doit renoncer à ses investissements routiers.

Satisfaction du bilan environnemental
Personnellement, êtes-vous satisfait-e du bilan environnemental du gouvernement de François Legault?
En date du 22 mai 2022
Satisfait-e
31%
Insatisfait-e
48%
NSP / Refus
21%
Comparez les différents groupes d'âge

Les Québécois, qui voient leur réseau routier décrépir depuis des années, demeurent majoritairement (55 %) favorables au développement de nouvelles infrastructures routières.

À peine un électeur sur quatre s’y oppose (26 %), mais autant de solidaires y sont favorables (26 %).  

Sur l’enjeu précis du controversé projet de troisième lien entre Québec et Lévis, l’appui dans la Capitale-Nationale demeure pratiquement inchangé, à 58 %.

Investissements dans de nouvelles infrastructures routières
Êtes-vous plutôt favorable ou plutôt opposé à la position du gouvernement du Québec d’investir afin de développer de nouvelles infrastructures routières?
En date du 22 mai 2022
Favorable
55%
Opposé
26%
NSP / Refus
19%
Comparez les différents partis

Dans l’ensemble du Québec, toutefois, seulement le quart des répondants sont d’accord avec le projet de tunnel autoroutier.

Mais à cela, un bémol : on compte presque autant d’opposants au 3e lien (33 %) que d’électeurs qui disent ne pas connaître le projet (29 %).

Et surprise : près d’un caquiste sur quatre (24 %) ne se gêne pas pour se prononcer contre le projet de 3e lien, alors que 17 % d’entre eux préfèrent se taire.

Projet du troisième lien
Êtes-vous pour ou contre le projet du troisième lien dans la région de Québec?
En date du 22 mai 2022
Pour
25%
Contre
33%
Projet inconnu
29%
NSP / Refus
13%
Comparez les différentes régions

Le talon d’Achille de la CAQ  

À quatre mois des élections, l’environnement devient un véritable talon d’Achille pour François Legault. 

Étonnamment, « les caquistes eux-mêmes critiquent le bilan environnemental du gouvernement », remarque le sondeur Jean-Marc Léger.

En effet, ceux qui prévoient voter pour la CAQ aux élections du 3 octobre répondent de façon plutôt timide lorsqu’on les questionne sur le bilan environnemental du gouvernement.

Si une majorité des répondants caquistes (55 %) se disent satisfaits, le quart d’entre eux (24 %) affirme le contraire et presque autant (21 %) refusent de répondre.

Les jeunes plus insatisfaits  

Les partisans de Gabriel Nadeau-Dubois sont les plus mécontents (81 %) du gouvernement sur cette question : seulement 6 % des solidaires jugent le bilan du gouvernement satisfaisant.

Curieusement, les militants d’Éric Duhaime suivent tout juste derrière Québec solidaire : 69 % des conservateurs se disent insatisfaits du bilan environnemental caquiste. 

Les conservateurs sont cependant les moins inquiets face aux changements climatiques, soit un peu moins de 25 % d’entre eux, alors qu’il s’agit d’une inquiétude partagée par plus de 80 % des électeurs des autres partis. 

En regardant de plus près le profil des répondants, on constate que le taux de satisfaction sur le plan environnemental est deux fois plus bas chez les 18-34 ans (22 %) que chez les 55 ans et plus (42 %), qui semblent moins préoccupés.

Inquiétudes face aux changements climatiques
Êtes-vous inquiet-e face aux conséquences des changements climatiques?
En date du 22 mai 2022
Oui
73%
Non
23%
NSP / Refus
4%
Comparez les différents partis

L’étalement urbain  

Quant à l’enjeu de l’étalement urbain, qui pourrait s’inviter dans la campagne électorale, une majorité des Québécois considèrent qu’il s’agit d’une responsabilité municipale (36 %).

« Mais le gouvernement (20 %) a aussi son mot à dire », observe M. Léger, tandis que 14 % des répondants n’y voient aucune problématique.

Responsabilité de limiter l’étalement urbain
À qui attribuez-vous principalement la responsabilité de limiter l’étalement urbain, soit la construction d’habitations à la périphérie des villes?
En date du 22 mai 2022
Les villes et les municipalités
Le gouvernement provincial
Le gouvernement fédéral
Les citoyen-ne-s
Personne, l’étalement urbain n’est pas problématique
NSP / Refus

D’ailleurs, 44 % des Québécois croient que « les gens devraient être libres de choisir le type d’habitation et le mode de vie qui leur conviennent », alors que 25 % des électeurs se disent prêts à reconsidérer leur type d’habitation et leur mode de vie dans une perspective de densification urbaine, pour mieux lutter contre les changements climatiques. 

Type d’habitation et mode de vie
Dans une perspective de lutte contre les changements climatiques qui encourage la densification urbaine, seriez-vous prêt-e-s à reconsidérer votre type d’habitation et votre mode de vie?
En date du 22 mai 2022
Je le fais déjà
18%
Je suis prêt-e
25%
Non
44%
NSP / Refus
13%
Comparez les différents partis

MÉTHODOLOGIE : Sondage web réalisé du 20 au 22 mai 2022 auprès de 1019 Québécois âgés de 18 ans ou plus. Il n’est pas possible de calculer une marge d’erreur sur un échantillon tiré d’un panel, mais à titre comparatif, la marge d’erreur maximale pour un échantillon de 1019 répondants est de plus ou moins 3,1 %, et ce 19 fois sur 20.


 

Vous aimeriez vous aussi répondre à des sondages? Inscrivez-vous à LEO, le panel de Léger : https://bit.ly/3raMw62

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.